The man in a grey flannel suit

C’est après une longue réflexion que nous avons le plaisir de lancer une nouvelle rubrique. Elle consistera à nous mettre en scène afin de présenter certaines de nos tenues. Bien entendu, il ne s’agit pas de se prendre pour des top-models ou des parangons d’élégance. Simplement, nous espérons que cela nous permettra de vous transmettre certaines de nos connaissances et que cela vous incitera à expérimenter de nouvelles choses en matière d’habillement.

Il n’est pas ici question de s’attirer les compliments ou les injures. Cette rubrique se veut pédagogique dans le sens le plus humble du terme. On ne revendique pas être l’incarnation du bon goût absolu ; en revanche, on affirme ne pas avoir trop mauvais goût au regard de ce qui se fait ailleurs.

Pour ma première mise, je souhaitais porter une tenue plutôt formelle – à savoir un costume – sans tomber toutefois dans l’austérité.

Le costume que je porte est un costume de flanelle grise de 560 grammes/le mètre, entièrement doublé; c’est donc un costume à réserver pour les jours de grands froids, comme on en a connu il y a quelques semaines à Paris. La veste présente des revers à pointe et 2 boutons couverts. Elle est galbée sans être pour autant serrée à outrance. Les fentes sont longues afin de donner une meilleure ligne à la veste, notamment de dos; rien à voir avec les fentes de 10 cm que l’on trouve désormais dans du mauvais PAP.Les manches de ma veste sont coupées à la bonne longueur pour moi, afin de faire apparaitre un léger débordant de chemise. Par ailleurs, elles sont affutées car il me parait évident qu’une manche doit être plus étroite dans le bas qu’au niveau de l’épaule, contrairement aux manches « tube » que l’on voit en PAP pas retouché. Le mouchoir est en lin blanc, plié façon « TV fold ». Il aurait été peut-être plus pertinent de porter un mouchoir à motifs (ou au moins à liseré) mais ce mouchoir blanc a au moins l’avantage de rappeler le blanc de la chemise et je n’ai pas voulu surcharger une tenue, où le tartan de la cravate est déjà bien mis en avant.ftdf-vm-44

Le pantalon est à passants – même si j’ai désormais tendance à préférer les pattes de serrage – sans pince, à bas 18 cm avec un revers de 4 cm. Je porte mon pantalon relativement haut, sans pour autant le porter sous les bras. La jambe est fuselée et le pantalon s’arrête juste au-dessus du soulier. Nous l’avons déjà dit, nous n’aimons pas les pantalons qui cassent. Cela permet en outre d’apercevoir un peu les mi-bas. Ma ceinture est en veau velours; cette matière et sa couleur rappellent celles des souliers.

La chemise est une chemise à carreaux col cuttaway. Ce n’est pas forcément mon col favori mais ses pointes ont l’avantage de rester sous les revers de la veste, contrairement aux affreux petits cols. Le tour de cou est ajusté à ma morphologie afin qu’il n’y ait aucun écart entre la chemise et le cou, ce qui est assez inesthétique. S’agissant des poignets, j’ai décalé le bouton afin qu’il soit bien affuté et qu’il reste bien bloqué au-dessus de la main. Je n’aime pas les chemises qui flottent largement autour du poignet. Dès lors, il n’y a pas ce que j’appelle le « faux débordant », à savoir une manche de chemise qui s’arrête au milieu de la main.  Le bleu de la chemise rappelle celui de la cravate.ftdf-vm-102

La cravate tartan a l’avantage de présenter des couleurs que l’on retrouve dans le reste de ma tenue : le gris du costume, le bleu de la chemise et le rouge des mi-bas. Je la porte assez courte afin qu’elle reste au-dessus de la ceinture. Cette cravate est à 9 cm dans le bas mais il m’arrive de porter des cravates plus étroites. Je l’ai noué avec un Old Bertie (nœud créé par le duc de Windsor, futur Edouard VII). Ce nœud donne une certaine consistance à la cravate ; il n’est surtout pas symétrique comme les horribles nœuds Windsor et demi-Windsor. J’ai réalisé une goutte d’eau sous le nœud – sans cela, à quoi bon porter une cravate épaisse et large ? – et j’aime aussi que la cravate soit arquée afin qu’elle ne repose pas tristement sur la chemise. Cela conduit à donner plus de volume à une tenue.

Je porte un mi-bas en fil d’Ecosse, à chevrons gris et rouge. Le gris rappelle le pantalon. Le rouge permet d’apporter une fantaisie supplémentaire, sans tomber dans l’écarlate pour autant, au-delà de rappeler les pointes de rouge de la cravate.

Mes souliers sont des richelieus bimatière d’inspiration années 30. Ils ont 2 ans et demi, pour une moyenne de 2 à 3 ports par semaine. J’ai fait mettre un patin et un fer encastré et ils sont entretenus régulièrement. Le bout dur est glacé, ce qui est toujours plus joli et qui protège mieux le soulier des intempéries ou des chocs éventuels. Ces souliers marron sont nettement moins austères que des souliers noirs. Néanmoins, ils demeurent assez formels, en cohérence avec l’ensemble de la mise.

Ma prochaine mise sera un peu plus décontractée.

A la semaine prochaine,

VM.

Photos prises par PAL à l’aide d’un Canon EOS 1100D.

Par soucis de transparence, seules des marques – triées sur le volet – nous ayant envoyées des produits pourront être mentionnées au sein de nos mises. Si des marques veulent que nous mettions en scène leurs produits, elles peuvent nous contacter et nous étudierons leur demande.

41 Commentaires

Classé dans Vestiaire / Outfits

41 réponses à “The man in a grey flannel suit

  1. Atom

    Très agréable à voir! Et le propos est intéressant et didactique.

    PS: j’aime beaucoup vos lunettes; ce sont des Ray Ban?

  2. Edmund

    Question : votre mise est réussie et surtout très plaisante, mais j’ai remarqué que vous faite partie, comme moi-même, des hommes « contrastés » (peau claire et cheveux sombres). Est ce que le gris moyen sur la chemise blanc/bleu n’est au final pas assez contrasté pour vous mettre en valeur ?

    • Il se trouve que je n’ai pas particulièrement la peau claire. La lumière du lieu et le froid extrême font peut être penser l’inverse.

      J’avoue que ce n’est pas non plus le genre de choses auquel je pense quand je m’habille.

      VM

  3. Guillaume

    Je ne comprends pas bien votre mépris des noeuds windsor. Personnellement, je préfère nettement un noeud symétrique avec une jolie goutte au noeuds asymétriques et desserrés que l’on croise si souvent!

    • Nous sommes d’accord; un bon noeud windsor vaut sans doute mieux qu’un mauvais noeud asymétrique desserré…

      En l’espèce, ce noeud n’est pas desserré.

      VM

      • BG

        Nous avons bien note qu il ne l est pas
        Pour en revenir a oui/non au col Windsor meme s il semble qu il y ait une fin de non recevoir en la matiere, je vais vous dire pourquoi j aurais opte pour
        Tout simplement pcq vous avez choisi un col cuttaway
        De fait evase
        Et que votre noeud a la coule va t on dire
        Accuse un deficit de volume pour bien occuper le triangle ouvert par vos deux pointes de col
        Je sais que vous me suivez

        Qui plus est on voit ici un peu de votre cravage sous l une des pointes du col…
        Un detail qui ne vous aura pas echappe
        Wink
        Cordialement

      • Lorsque je porte des cols encore plus évasés, et des cravates moins épaisses, on voit encore davantage la cravate et ce, de chaque côté du noeud, à la manière de ce que peuvent faire les Italiens. C’est quelque chose que j’apprécie, contrairement à l’affreux noeud Windsor.

        Bref, vous auriez opté pour un Windsor. Pas moi. Et ca s’arrête là.

        VM

    • BG

      Idem
      Je sais que le noeud Windsor, que j appelle aussi le noeud commandant de bord lol est strict mais ici, il s imposerait au regard de l allure generale
      Votre noeud est de travers et la cravate n a pas assez d assise sur la chemise
      Enfin, la fantaisie pouvait s exercer au niveau des chaussettes et tant qu a faire j aurais opte pour un bleu a meme de s accorder avec celui de la chemise, en plus prononce afin de ne pas se heurter qui plus est avec les tons de vos chaussures

      Sinon, tres belle allure avec un dos droit superbement dessine par votre veste

      • Pour ma part, le noeud Windsor ne s’impose jamais, pas même à un mariage. Le noeud réalisé ici n’est pas « de travers », il est asymétrique, tout en restant centré par rapport au col.

        Le fait que la cravate n’a pas d’assise sur la chemise est volontaire et assumé; une cravate reposant à plat sur une chemise n’a pas grand intérêt.

        VM

      • Omg…oui le noeud est de travers, non ce n’est pas un Windsor…et c’est tant mieux. Ce qui caractérise une mise, une allure, c’est justement tout l’inverse de l’affectation et de la rigidité.
        Le Windsor est une monstruosité… qui est réservé aux uniformes et aux…VRP.
        Les boutons de la chemise? Ils sont neutres. C’est donc ce qu ils doivent être.

      • Je tiens à répondre à ce dernier commentaire qui est aussi une erreur assez commune… Il n’est en aucun cas question d’occuper toute la largeur du col avec son noeud. Cf Prince Charles ou…autres qui pourtant sont d’une classe et d’un classicisme absolus.
        Amicalement vôtre… (« ;)

  4. Raphaël

    Bonjour,

    De magnifiques chaussures ! Comment en trouver d’aussi belles?

  5. Bonjour,
    Juste un bémol pour ma part. Même si le costume, ses boutons, sa texture…etc sont de jolie facture et agréable à l’oeil…
    J’aurais préféré un rappel de orange/marron et de bordeaux pour la cravate. Quelque chose de plus sobre qui complèterait les …chaussures.
    Merci pour ce nouveau lancement qui n’est pas chose aisée.
    Bless,
    G.

  6. L’ensemble est très joliment coordonné ! Bravo! Cela sera une rubrique très intéressante.
    Si je puis me permettre, je pense qu’il serait intéressant que vous mettiez en fin d’article, la liste des marques portées et le nom du modèle.

  7. W

    Cher FTDF

    La sobriété du costume (que je trouve assez « musclé ») compense bien la cravate à tartan.
    Par contre, comment faites-vous pour arquer la cravate?
    Cordialement
    W

    • Merci.

      Il s’agit lorsque vous resserrez le nœud, de tirer le petit pan vers le haut.

      • PAS

        J’ai bien du mal à m’imaginer comment dans le détail.

      • A un moment donné, lorsque vous faites un noeud de cravate, vous êtes obligé de tirer sur le petit pan pour – en même temps – faire « remonter » le noeud jusqu’à votre cou.

        Lors de cette étape, il faut que vous incliniez la cravate (particulièrement le petit pan) vers le haut, c’est à dire en l’éloignant de la chemise, tout en faisant action de serrer le noeud.

        C’est tout simple mais c’est assez délicat à expliquer à l’écrit…

        VM

  8. PAS

    Merci pour les précisions, c’est très clair.
    Dès demain je m’y mets !

  9. Reda

    Très bonne initiative. Vivement les tenues suivantes.
    Je suis assez fan du revers de 4 cm sur bas a 18cm.
    Pour info, quelle est votre tour de taille (40/42?) et pointure (42?)
    Auriez vous un bon retoucheur a recommander sur Paris ?
    Merci

  10. mike

    Pourriez vous faire une vidéo pour nous expliquer la technique du noeud de cravate. merci

  11. mka

    Jolie mise, mais les boutons ton sur ton en tissus me déplaisent, j’aurai préfère des boutons en coroso gris, de la nacre, ou de la corne,
    Sinon bravo pour le blog que je suis assidûment.

  12. Une belle mise à laquelle j’adhère avec plaisir ! Bravo, continuez ainsi même si cela n’est de loin pas une mission aisée et que cela vous demandera passablement d’efforts.

  13. mathcore

     »j’ai décalé le bouton afin qu’il soit bien affuté » vous aussi vous retouchez vous même vos chemises? HAHA bin c est marrant j ai l impression de me voir en vous lisant , relativement fin et aimant que tout soit parfaitement millimétré . ce qui est totalement incompatible avec le pap . du coup faut faire les choses par sois même. d ailleur a l heure ou j écris ces lignes je suis occupé a reprendre un polo qui de base est coupé a la machette .

  14. BG

    Bonjour

    J’ai déjà hâte de voir votre prochaine tenue afin de juger de fait, comment (et si ) vous tenez votre ligne vestimentaire dans le casual ;-)
    Pour avoir parcouru, assez vite, ce site, je crois avoir perçu que vous célébrez la mode et le life style US (mais italien aussi je pense) des années ’40, ’50 et ’60 ( je pense qu’après mai ’68 là- bas comme ici , la messe – en matière d’ élégance masculine – fut dite, non ?)

    Maintenant, à jouer les Mad Men, comment appose-t-on en 2012 sa patte, pour ne pas dire sa valeur ajoutée?
    De la même façon qu’un créateur est en droit de revisiter les archives Maison au moment où il est nommé directeur artistique de la même Maison, on sait qu’il doit absolument donner son twist personnel et contemporain sauf à (nous) proposer un simple copier-coller décalé.
    ( cf une collection récente de Marc Jacobs chez LV où les mannequins semblaient « bêtement » sortir d’un carnet de croquis de Christian Dior, période « Look »… ou d’un casting de Mad Men… On y revient!

    A vos yeux, où se situe votre apport « 2012 » dans cette tenue?

    Question posée sans aucune malice de ma part
    Cordialement

    • Effectivement, nous aimons le style US et le style italien.

      Nous ne sommes pas mannequins ni créateurs; dès lors nos tenues seront personnelles et n’auront pas d’autres objectifs que ceux cités au début du billet.

      Cette tenue aurait pu être portée il y a 10 ans, peut-être même bien avant…Aucun apport 2012 selon moi et ce n’était pas ma volonté.

      VM

  15. Jules

    Bonjour,
    Comme d’autres, je trouve que les boutons ton sur ton rendent plus difficile l’obtention d’une certaine sprezzatura, mais c’est une question de goûts (de même que le souliers aussi « travaillés » et en peu « tape à l’œil »).
    D’un point de vue plus objectif, il me semble que la veste est 2 ou 3 centimètres trop courte (cf.photo 2) et que le boutonnage est assez haut (intuitivement j’aurais placé le bouton d’en haut 3 centimètres plus bas).
    Pouvez vous m’éclairer sur ces questions ?

    • La longueur de la veste correspond à ma morphologie.

      Des gens avec une vision traditionaliste pourraient en recommander une plus longue (mais j’aurais l’air court sur pattes).
      Des gens avec une vision « moderniste » pourraient en recommander une plus courte (mais j’aurais l’air de sortir de chez The Kooples).

      Quant au boutonnage, si l’on décale le bouton, on devrait repatronner la veste intégralement.

      VM

  16. BG

    Bjr

    Combien mesurez-vous ?

    Personnellement, j’adore ces boutons ton sur ton, très old school mais très très élégant…

    Les chaussures marron en revanche… Je sais que c’est « l’école italienne » …
    Encore qu’ici l’alternance de matières et de « rendu » ( brillance/mat ) donne un vrai chic.

  17. TF.

    Pour rebondir sur le commentaire de Guillaume BO, voici la perfection en image:

    http://www.zimbio.com/pictures/Rhg6js_SVaS/Prince+Wales+Visits+University+College+London/OHT1yErw-mp

    Col cutaway et noeud « élégamment nonchalant » (excusez l’expression pompeuse, n’ayant trouvé mieux…), what else ?

    En bref, le noeud à adopter par rapport au col et à la mise globale est vraiment quelque chose de très personnel.
    En l’occurrence, le noeud que vous arborez ici s’inspire effectivement énormément de ceux que l’on peut trouver, en grossissant le trait, dans les rues milanaises ou romaines.
    Je suis personnellement grandement sensible à la « finition » britannique ((ex: le Prince de Galles), lorsqu’elle est parfaitement maitrisée et ne rend pas la mise globale « plate ».
    Mais ici, l’épaisseur de la cravate oblige d’après moi à tendre effectivement vers le type de noeud que vous avez choisi (Old Bertie et compères), et non vers le modèle Windsor qui peut donner beaucoup d’allure tout en manquant cruellement d’élégance. Voilà un simple avis personnel.

    Je suis toutefois réservé sur les souliers portés. L’association de deux textures différentes sur l’empeigne notamment ne me convainc guère. Je peux comprendre le désir de chausser de souliers relativement « osés » pour « décoincer » la mise globale, mais j’aurais, je pense, plutôt opté pour de plus classiques tassel loafers en veau velours, qui mettrait en outre les mis-bas plus en valeur…
    J’ajoute que les mocassins à pampilles n’étant pas au goût de tous (et je le respecte), je pourrais de mon côté basculer et changer d’avis sur la question si je voyais les souliers de MG « en chair et en os ».

    Dans tous les cas, la mise est merveilleusement maitrisée, et donc parfaitement réussie, pour le plus pur plaisir des yeux.

    (Et ayant la même taille et (apparemment) la même carrure que vous, je peux donc facilement me projeter dans vos mises. Cela donne des idées, et je vous en remercie)

    Bonne continuation,

  18. Mickael

    Bonjour,

    Bravo pour cette mise qui est du plus bel effet à mon avis.
    J’aime toute particulièrement la coupe du costume et la cravate aux tons assortis au reste de la mise. La façon dont elle est nouée apporte en effet une touche plus décontractée particulièrement agréable à l’oeil.

    Peut-on savoir où trouver une si belle cravate ?

    Merci beaucoup et encore toutes mes félicitations (j’attends la mise « casual » avec beaucoup d’impatience…).

    Bien cordialement,

  19. Pingback: I need your boots, your G1 & your Tartan pants « For The Discerning Few

  20. Pingback: Marshall Anthony Testé et Approuvé | For The Discerning Few

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s