Trunk Show – Zampa Di Gallina & Kalgati – 27 juin 2015

Petit communiqué pour nos lecteurs parisiens ou qui seraient de passage à Paris le week-end du 27 juin. Le site Zampa Di Gallina – e.shop spécialisé dans les vêtements et accessoires réalisés à Naples – se joint au chemisier parisien Kalgati, spécialisé dans la chemise blanche de qualité, pour l’organisation d’un trunk show qui se tiendra au 8, rue Stanislas dans le 6ème arrondissement de Paris. L’excellent dessinateur RoSaCe, du tumblr humoristique Croquis Sartoriaux sera lui aussi de la partie.

N’hésitez pas à vous joindre à ce petit événement pour découvrir ces deux très bons sites qui proposent des produits de qualité.Invitation

Jean-Claude Brialy dans Le Genou de Claire

L’été approchant, voici l’occasion de se pencher sur les tenues estivales de Jean-Claude Brialy dans Le Genou de Claire (1970), d’Eric Rohmer (l’un des papes de la Nouvelle Vague), comme un prétexte pour évoquer cet excellent film, à la manière de ce que nous avions déjà fait pour Le Talentueux M. Ripley et L’Evadé d’Alcatraz.Le_Genou_de_Claire

L’intrigue est très simple et raconte, comme bien souvent chez Rohmer, une histoire de séduction un peu particulière: sur les bords du lac d’Annecy, Jérôme (Brialy) est attiré par une jeune fille, Claire (Laurence de Monaghan), dont il désire ardemment toucher le genou.genou de claire

Outre les tenues de Brialy, nous vous conseillons vivement de voir ce film si vous ne l’avez pas déjà fait. Il s’agit d’une comédie dramatique où il ne se passe pas grand chose mais où il flotte une atmosphère irrésistible, transmise par la mise en scène dépouillée et les dialogues très travaillés de Rohmer. A noter la présence du jeune Fabrice Luchini, dans un de ses premiers rôles. Citons Cécile Mury de Télérama qui résume parfaitement le film: « Ce huis clos à l’air libre se donne l’apparence d’une toute petite histoire où il ne se passe « rien ». Et pourtant, ces « fragments d’un discours amoureux » composent une extraordinaire étude du désir, de la jouissance verbale, quasi littéraire, qui accompagne toute inclination. Un bijou ».luchini & brialy 2

S’agissant des tenues de Jean-Claude Brialy, elles sont composées de chemises en lin et coton, souvent à col boutonné, de polos à manches courtes,  de popover (sorte de chemises dont le boutonnage s’arrête au niveau du plexus et que l’on enfile par le bas à la manière d’un polo), de gilets, de pulls et de mocassins sans chaussette. Les vêtements sont déstructurés – déboutonnés assez largement, même les poignets sont rarement fermés – parfois assez amples ou portés négligemment (comme le pull sur les épaules) et donnent une impression de légèreté tout en donnant à l’acteur une allure superbe. Pour les couleurs, on tourne presque exclusivement autour du bleu, du blanc et du beige (pour le costume notamment). En somme, des tenues très simples et pourtant complètement d’actualité tant elles se rapprochent des identités visuelles et de l’univers de certaines marques contemporaines.brialy_2genou de claire 6le-genou-de-claire-17978-lowpoche poitrine button downle-genou-de-claire_brialy polojean-claude-brialy-claires-knee2brialy rohmerbrialy 56genou de claire 3navy whitejean-claude-brialy-beatrice-romand-claires-kneejean-claude-brialy-claires-knee4luchini & brialy

Pitti vs. Pitti

Nouvelle session du Pitti, nouveaux clichés qui fleurissent sur les blogs et diverses plateformes et l’occasion pour nous de proposer une comparaison entre ce Pitti et le Pitti de juin 2012.

En l’espace de 3 ans, dans un monde de la mode qu’on décrit souvent comme changeant, on constate que les tendances présentes parmi les visiteurs du Pitti Uomo sont à peu près les mêmes, à l’image de ses figures de proue au style constant : Ignatius Joseph, Nick Wooster ou encore Lino Ieluzzi. Cela a quelque chose de rassurant, le menswear contrairement à son pendant féminin étant davantage fait de tendances lourdes et d’évolutions lentes.

Alors bien sur, les tenues sont parfois un peu trop colorées et accessoirisées ou les pantalons un peu trop courts. Il n’empêche que l’ambiance y-est toujours bon enfant – bien plus que dans d’autres salons – et qu’il est sans aucun doute plus intéressant de se rendre sur place que de visionner ces photos qui n’apportent plus grand chose en termes d’inspiration à ceux qui se passionnent pour le menswear depuis quelques années.

guerreisms2 2012

2012

FWD 2015

2015

street-fsn 2012

Ignatius Joseph – 2012

pitti 2015 gq

Ignatius Joseph – 2015

pitti 2012 4

2012

gq 2 pitti 2015

2015

nick wooster 2012

Nick Wooster – 2012

Nick Wooster FWD 2015

Nick Wooster – 2015

pittigq35tommy-ton 2012

2012

FWD 2015 1

2015

lino 2012 ss

Lino Ieluzzi – 2012

Lino pitti 2015 ss

Lino Ieluzzi – 2015

KW MOON

2012

gq 1 Pitti 2015

2015

Interview avec Edouard Quinchon, fondateur de Mauban

For The Discerning Few a le plaisir de vous faire partager une interview réalisée avec Edouard Quinchon, 30 ans, fondateur de la maison de souliers Mauban, dont l’esprit et les formes parlent particulièrement à notre équipe.E. Quinchon fondateur de Mauban

For The Discerning Few : Pouvez-vous nous parler de votre parcours, jusqu’au lancement de Mauban ?

Edouard Quinchon : Je ne suis pas du tout issu du monde de la mode, ni de celui de la chaussure en particulier. J’ai fait des études de sciences-politique et j’ai vécu à l’étranger, notamment en Asie. Après avoir travaillé dans le conseil et au sein d’un cabinet ministériel, j’ai fait un peu de politique locale. C’est à ce moment-là que l’idée de créer ma propre entreprise a commencé à germer.

A l’été 2013, complètement par hasard, lors du déménagement de mes grands-parents, je suis tombé sur un carton avec la collection de chaussures de mon arrière arrière-grand-père. Des souliers datant donc de la fin du 19ième – début du 20ième siècle. J’ai eu un véritable coup de foudre pour ces pièces historiques et je me suis dit que leur style était toujours d’actualité. Je me suis aussi fait la réflexion suivante, à savoir que leur état était toujours impeccable, alors que moi-même je ne parvenais à conserver mes chaussures que 3 ou 4 ans au mieux.bottines balmoral

Malheureusement, mon ancêtre ne chaussait pas du tout la même pointure que moi… Néanmoins, c’est ce choc qui m’a conduit à me lancer dans l’aventure Mauban, en effectuant d’abord une tour de France puis d’Europe des meilleurs ateliers, afin de comprendre véritablement le monde du soulier masculin.

Mariage Grands Parents

FTDF : Quels sont les différents modèles que vous proposez à vos clients ?

E. Quinchon : Mauban propose 2 modèles : un richelieu bout droit, très classique mais que tout homme se doit d’avoir dans sa garde-robe. Et la bottine balmoral bi-matière qui est clairement la signature de la Maison.Richelieu-Semelle-Mauban-2-3000x2000Bottines-Balmoral-Semelle-Mauban-3000x2000

J’ai d’autres modèles qui vont arriver, probablement à partir de l’année prochaine, en m’appuyant toujours sur les modèles de mon arrière arrière-grand-père : un derby, un loafer et une autre bottine.

Avant d’introduire progressivement d’autres modèles, je préfère maîtriser parfaitement ce que je fais, me concentrer sur la qualité, le confort et proposer à mes clients la possibilité de s’offrir des commandes spéciales.Richelieu-Arrière-Mauban-3000x2000

FTDF : Justement, pouvez-vous nous parler des différentes offres que vous proposez chez Mauban?

E.Quinchon : Je n’ai pas cherché à suivre les règles que j’avais apprises lors de mes études (définition de la cible, du positionnement marketing, etc.) En fait, j’ai même suivi le cheminement inverse puisque j’étais déjà en possession du produit que je souhaitais proposer à mes futurs clients.Bottines-Balmoral-Arrière-Mauban-3000x2000

Ainsi, avec l’aide et l’éclairage de professionnels compétents, j’ai cherché à définir les souliers que j’avais entre les mains, s’agissant notamment de la qualité des peaux, du montage et des formes. C’est au contact d’un atelier français que j’ai pris conscience que le produit que je voulais réaliser avait de fait un positionnement luxe, de par sa conception et sa qualité.

Ce travail préparatoire a donc débouché sur une double offre, sur commande après essayage à la mesure du client :

– La première, dite « custom made », qu’on peut qualifier de petite mesure. Après essayage, la forme du chaussant est adaptée : longueur, largeur et hauteur (sur ce dernier point, seul Mauban propose ce service en France à ma connaissance) en conservant les lignes, patronage et la sélection des cuirs (noir et marron pour le boxcalf). Cette offre est à 750€ et il faut compter 3 mois de d’attente.

– La seconde offre, en « commande spéciale », se rapproche de la mesure manufacturée : toujours à partir des mesures du client, je vais adapter la forme (hauteur, largeur, longueur) et il sera possible de choisir le cuir dont il rêve. La « commande spéciale » est à 1.200€ (par exemple sur un box bordeaux) évidemment, le même modèle en crocodile sera substantiellement plus cher. Le délai est également de 3 mois.Bottine-Balmoral-Maron-Camel-3000x2000

Il faut savoir que s’approvisionner dans les meilleures tanneries est compliqué. Si obtenir un veau pleine fleur noir est possible, dès qu’il s’agit de marron la difficulté augmente et pour toute couleur originale les volumes minimums sont inaccessibles, ce qui oblige à passer par un revendeur (un « crépin »).

FTDF : Parlez-nous de votre fabrication.

E. Quinchon : Mes souliers sont fabriqués à Cholet chez Joseph Malinge, qui reste sans doute l’un des meilleurs ateliers en France. Evidemment, Mauban ne propose que des souliers en cousu Goodyear.bottines balmoral commande spéciale

Je ne souhaite travailler qu’avec des ateliers français, non par cocardisme mais car les meilleurs artisans s’y trouvent ! Ainsi, outre Cholet pour la confection et les formes, je travaille avec les Tanneries du Puy pour les peaux, avec des tisseurs situés dans la région de Tourcoing ou encore à Saint-Emilion pour la fabrication des boites en bois.forme en bois

FTDF : Vous travaillez avec les Tanneries du Puy. N’est-il pas de plus en plus compliqué de trouver de bonnes peaux, comme nous le confiait le bottier Dimitri Gomez ?

E. Quinchon : Effectivement, je me suis rapidement rendu compte qu’il était difficile de travailler avec de bons cuirs. C’est cependant pour moi l’un des deux points clefs d’une paire de souliers réussie, avec la forme. J’attache une grande importance au choix des peaux et c’est aussi pour cette raison que je travaille avec les Tanneries du Puy.

FTDF : Apparemment, vous souhaitez vous concentrer sur des couleurs de cuir assez classiques. Est-ce un parti pris ?

E. Quinchon : Tout à fait. L’offre de Mauban se situe dans une certaine discrétion. Des maisons proposent des patines et jouent sur les couleurs ; elles font ça sans doute très bien mais ce n’est pas ma démarche. Maintenant, si c’est une volonté du client, on peut bien entendu y répondre. De manière générale, je préfère travailler avec des cuirs déjà teints en tannerie et je considère que rien ne vaut la patine du temps sur un cuir.piqures peau

FTDF : Effectivement. On sait aussi que les cuirs « à patiner » neutres/beiges n’ont pas la même qualité…

E.Quinchon : Tout à fait. De ce que j’ai vu, même pour les patines, ces cuirs très clairs sont d’une qualité très moyenne. C’est pour cette raison que je souhaite me concentrer sur le noir et le marron (avec ses différentes nuances).peaux

FTDF : Comment vos clients peuvent-ils vous rencontrer ?

E. Quinchon : Pour le moment, je ne souhaite pas avoir de boutique, ne serait-ce que pour une question de coûts mais aussi afin de proposer un service pertinent. Par le biais de rendez-vous individuels, au sein de mon showroom situé au 5 bis, rue de Solférino dans le 7ème arrondissement de Paris je peux m’occuper au mieux de chaque client et leur apporter le service nécessaire à la réalisation de leurs souliers.

Je souhaite également pouvoir me déplacer sur leur lieu de travail. J’organise également des boutiques éphémères, une fois par mois, pour que les hommes qui suivent Mauban puissent me rencontrer et toucher les produits afin de se faire une idée des souliers que je propose.Bottine-Balmoral-Arrière-Grand-Père-Mauban-3000x2000

Site de Mauban: http://mauban.fr/

Nous remercions Edouard Quinchon pour sa gentillesse et sa disponibilité et souhaitons un franc succès à la prometteuse Maison Mauban. Paris, Juin 2015.