Archives de Tag: bimatière

Brown DB coat & blue pinstripe suit

Dorénavant, les mises ne comporteront plus de texte. Nous répondrons cependant volontiers aux commentaires pertinents.

Manteau croisé type "Voyageur" en feutre de laine marron

Costume en serge de laine "pinstripe"

Chemise col blanc/poignets blancs à rayures horizontales

Cravate en laine grise

Richelieu bimatière type "années 30"

Mi-bas noirs à rayures rouges en fil d’Ecosse

5 Commentaires

Classé dans Vestiaire / Outfits

The man in a grey flannel suit

C’est après une longue réflexion que nous avons le plaisir de lancer une nouvelle rubrique. Elle consistera à nous mettre en scène afin de présenter certaines de nos tenues. Bien entendu, il ne s’agit pas de se prendre pour des top-models ou des parangons d’élégance. Simplement, nous espérons que cela nous permettra de vous transmettre certaines de nos connaissances et que cela vous incitera à expérimenter de nouvelles choses en matière d’habillement.

Il n’est pas ici question de s’attirer les compliments ou les injures. Cette rubrique se veut pédagogique dans le sens le plus humble du terme. On ne revendique pas être l’incarnation du bon goût absolu ; en revanche, on affirme ne pas avoir trop mauvais goût au regard de ce qui se fait ailleurs.

Pour ma première mise, je souhaitais porter une tenue plutôt formelle – à savoir un costume – sans tomber toutefois dans l’austérité.

Le costume que je porte est un costume de flanelle grise de 560 grammes/le mètre, entièrement doublé; c’est donc un costume à réserver pour les jours de grands froids, comme on en a connu il y a quelques semaines à Paris. La veste présente des revers à pointe et 2 boutons couverts. Elle est galbée sans être pour autant serrée à outrance. Les fentes sont longues afin de donner une meilleure ligne à la veste, notamment de dos; rien à voir avec les fentes de 10 cm que l’on trouve désormais dans du mauvais PAP.Les manches de ma veste sont coupées à la bonne longueur pour moi, afin de faire apparaitre un léger débordant de chemise. Par ailleurs, elles sont affutées car il me parait évident qu’une manche doit être plus étroite dans le bas qu’au niveau de l’épaule, contrairement aux manches « tube » que l’on voit en PAP pas retouché. Le mouchoir est en lin blanc, plié façon "TV fold". Il aurait été peut-être plus pertinent de porter un mouchoir à motifs (ou au moins à liseré) mais ce mouchoir blanc a au moins l’avantage de rappeler le blanc de la chemise et je n’ai pas voulu surcharger une tenue, où le tartan de la cravate est déjà bien mis en avant.ftdf-vm-44

Le pantalon est à passants – même si j’ai désormais tendance à préférer les pattes de serrage – sans pince, à bas 18 cm avec un revers de 4 cm. Je porte mon pantalon relativement haut, sans pour autant le porter sous les bras. La jambe est fuselée et le pantalon s’arrête juste au-dessus du soulier. Nous l’avons déjà dit, nous n’aimons pas les pantalons qui cassent. Cela permet en outre d’apercevoir un peu les mi-bas. Ma ceinture est en veau velours; cette matière et sa couleur rappellent celles des souliers.

La chemise est une chemise à carreaux col cuttaway. Ce n’est pas forcément mon col favori mais ses pointes ont l’avantage de rester sous les revers de la veste, contrairement aux affreux petits cols. Le tour de cou est ajusté à ma morphologie afin qu’il n’y ait aucun écart entre la chemise et le cou, ce qui est assez inesthétique. S’agissant des poignets, j’ai décalé le bouton afin qu’il soit bien affuté et qu’il reste bien bloqué au-dessus de la main. Je n’aime pas les chemises qui flottent largement autour du poignet. Dès lors, il n’y a pas ce que j’appelle le « faux débordant », à savoir une manche de chemise qui s’arrête au milieu de la main.  Le bleu de la chemise rappelle celui de la cravate.ftdf-vm-102

La cravate tartan a l’avantage de présenter des couleurs que l’on retrouve dans le reste de ma tenue : le gris du costume, le bleu de la chemise et le rouge des mi-bas. Je la porte assez courte afin qu’elle reste au-dessus de la ceinture. Cette cravate est à 9 cm dans le bas mais il m’arrive de porter des cravates plus étroites. Je l’ai noué avec un Old Bertie (nœud créé par le duc de Windsor, futur Edouard VII). Ce nœud donne une certaine consistance à la cravate ; il n’est surtout pas symétrique comme les horribles nœuds Windsor et demi-Windsor. J’ai réalisé une goutte d’eau sous le nœud – sans cela, à quoi bon porter une cravate épaisse et large ? – et j’aime aussi que la cravate soit arquée afin qu’elle ne repose pas tristement sur la chemise. Cela conduit à donner plus de volume à une tenue.

Je porte un mi-bas en fil d’Ecosse, à chevrons gris et rouge. Le gris rappelle le pantalon. Le rouge permet d’apporter une fantaisie supplémentaire, sans tomber dans l’écarlate pour autant, au-delà de rappeler les pointes de rouge de la cravate.

Mes souliers sont des richelieus bimatière d’inspiration années 30. Ils ont 2 ans et demi, pour une moyenne de 2 à 3 ports par semaine. J’ai fait mettre un patin et un fer encastré et ils sont entretenus régulièrement. Le bout dur est glacé, ce qui est toujours plus joli et qui protège mieux le soulier des intempéries ou des chocs éventuels. Ces souliers marron sont nettement moins austères que des souliers noirs. Néanmoins, ils demeurent assez formels, en cohérence avec l’ensemble de la mise.

Ma prochaine mise sera un peu plus décontractée.

A la semaine prochaine,

VM.

Photos prises par PAL à l’aide d’un Canon EOS 1100D.

Par soucis de transparence, seules des marques – triées sur le volet – nous ayant envoyées des produits pourront être mentionnées au sein de nos mises. Si des marques veulent que nous mettions en scène leurs produits, elles peuvent nous contacter et nous étudierons leur demande.

41 Commentaires

Classé dans Vestiaire / Outfits