Archives de Tag: Italian style

Les dirigeants italiens

On connait tous l’élégance naturelle de Gianni Agnelli et celle plus débridée de son petit-fils Lapo Elkann (nous leur consacrions d’ailleurs un article commun il y a un peu plus de 3 ans, lire ici). Ce soin apporté à la tenue est quasiment généralisé au sein de l’élite italienne, qu’elle appartienne au monde politique ou judiciaire, à celui des médias ou des affaires en général. Tout n’est pas forcément parfait mais on constate cependant un goût certain dans la recherche de tenues, qu’elles soient formelles ou casual et surtout un intérêt pour le vêtement. En outre, quel que soit leur âge, les Italiens ont le réflexe "mesure" et même s’agissant du PàP, la sélection de produits est de qualité chez la plupart de leurs détaillants, contrairement à ce qui se passe en France; moins de risques de se tromper donc pour nos amis transalpins.  Dès lors, loin de nous l’idée de proposer un billet comparatif avec leurs pairs français, comme nous avons pu le faire récemment entre les cérémonies des Oscars et des Césars : le match est joué d’avance. Et perdu pour la France.

agnelli platini

Luca Di Montezemolo
luca di montezemoloMONTEZEMOLO INTERVIENE AL CENTRO DI FORMAZIONE POLITICALuca-Cordero-di-Montezemolomontezemolo

Matteo Di Montezemolo
matteo di montezemolo

Matteo Marzotto
matteo marzotto

Alfredo Paramico
alfredo paramico

Armando Branchini
armando branchiniarmando branchini 2

Carlo Rossellacarlo rossellagiancarlo leone & carlo rossella

Fernandino Brachetti Peretti
Fernandino Brachetti Peretti 2Fernandino Brachetti Peretti

Gianni LettieriNAPOLI: TRAUMA CENTROSINISTRA;PREMIER PUNTA SU LETTIERIgianni-lettierigianni lettieri 2

Michele Vietti
OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pour d’autres photos et d’autres personnages, n’hésitez pas à consulter le tumblr bien nommé "Italian Industrialists".lapo

Un commentaire

Classé dans Réflexions / Sartorial Thoughts

Interview exclusive de Lander Urquijo

Nous avons le plaisir de vous présenter aujourd’hui une interview exclusive de Lander Urquijo, créateur de la Maison espagnole du même nom. Créée en 2009 et disposant de deux boutiques en Espagne, l’une à Madrid et l’autre à Bilbao, c’est à Paris que la marque a choisi de s’exporter en premier, avec l’ouverture fin 2012 d’une boutique au cœur du quartier St Germain des Prés, au 18 Rue des Quatres Vents.retrato LU color

 FTDF : Pouvez-vous présenter votre parcours personnel ?

Lander Urquijo : Tout a commencé très tôt lorsque je travaillais comme assistant au sein d’un atelier de couture à Bilbao, ma ville natale. C’est de là qu’est née ma passion et pendant plusieurs années, j’ai pu découvrir différentes facettes du métier. Naturellement, l’idée d’avoir mon propre atelier a rapidement fait sens. À cette époque-là, j’ai voulu tenter ma chance à Madrid. Au bout de 4 ans, beaucoup d’effort et de travail, j’ai réussi à développer mon concept et cela a naturellement débouché sur l’ouverture de la première boutique Lander Urquijo à Madrid en 2009. Ensuite, la seconde boutique a ouvert à Bilbao et la troisième à Paris il y a presque un an.LU9

Comment définiriez-vous l’esprit de votre marque ?

Lander Urquijo : Nous aimons faire évoluer le costume conventionnel selon nos propres patronages, sur lesquels nous travaillons en permanence jusqu’à obtenir le résultat qui nous plait. Nous trouvons en outre très intéressant le mélange des concepts, tissus, couleurs et imprimées au sein des looks. Je travaille avec des éléments très hétérogènes jusqu’à trouver le bon équilibre. C’est un travail de longue haleine mais qui s’avère extrêmement gratifiant en bout de course.LU3

Pouvez-vous nous présenter votre offre en prêt-à-porter et votre offre en demi-mesure ?

Lander Urquijo : S’agissant de la collection prêt-à-porter, on y trouve aussi bien des pièces décontractées que des pièces classiques, avec une place considérable laissée à la couleur. Je m’inspire aussi bien du lifestyle napolitain que du style de ce qui se faisait à Savile Row (matières, coupes, proportions…), le tout avec le twist espagnol, pour proposer des collections de vestes et de pantalons – en édition limitée – et de chemises casual ou formelles réalisées avec des tissus exclusifs.chemises LU

Concernant les accessoires, nous proposons une gamme complète de cravates (tricot, tartan, pois, club, ou motifs cachemire) ainsi que des accessoires exclusifs réalisés par de grands noms du sportswear comme Care Label, Scotch & Soda ou Barbour. Le prix moyen est de 400€.LU98ties LU

Notre demi-mesure se destine à un client plus exigeant et créatif, qui trouvera chez Lander Urquijo des patronages de base pour réaliser un costume que l’on souhaite aussi personnalisé que possible. Par exemple, nous proposons 4 types d’épaules différents dont deux déstructurés : l’épaule romaine avec du padding et une légère cigarette, l’épaule napolitaine avec un léger padding, l’épaule napolitaine sans aucun padding et la spalla camicia ou « épaule chemise ». A mon sens, c’est l’épaule qui détermine en grande partie la silhouette, rigide ou « relâchée », stricte ou décontractée. Le prix de notre demi-mesure commence à 750 €.LU10 Summer 2013

De Porter & Harding à Loro Piana, en passant par Harrisons, Scabal ou Versilia, nos drapiers sont exclusivement britanniques, belges et italiens et nous choisissons les tissus les plus prestigieux que cela soit des laines Super 100 ou Super 120, des shetlands, des lins ou des cotons.LU5

Nous effectuons de réelles recherches pour dénicher des tissus qu’on ne trouvera pas ailleurs, pour proposer des boutons en corne, en corozo ou bien en nacre, etc. A cela s’ajoute un choix de doublures infinies, des plus sobres aux plus audacieuses.LU8

Vous proposez des vêtements et des "looks" colorés. Les clients y sont-ils sensibles ? A Paris, les hommes s’habillent généralement plutôt en noir…

Lander Urquijo : Je constate que le parisien sait parfaitement ce qu’il veut et nous lui proposons un haut niveau d’exclusivité, puisque nous ne disposons de produits qu’en série limitée. S’agissant de la couleur, c’est une valeur ajoutée pour le client mais c’est lui qui, individuellement, décide d’user de telle ou telle touche de couleur, ou d’avoir un « total look » coloré. A ce sujet, comme sur le reste, nous avons de très bons retours de notre clientèle.LU2

Que pensez-vous du menswear actuellement ? Les hommes s’intéressent-ils davantage à leur apparence qu’il y a quelques années ?

Lander Urquijo : Actuellement, nous vivons un essor de la mode masculine : les hommes prêtent beaucoup plus d’attention à la mode, au style et surtout à leur façon de s’habiller. Je constate tous les jours que les clients connaissent de plus en plus les produits, les différents styles et cherchent à différencier plus largement leur look « business » et leur look « week-end ». Notre métier est justement de faciliter leur choix.boutique paris 3 boutique paris 3

Pourquoi avoir ouvert votre première boutique étrangère à Paris (et non en Italie, en Angleterre ou ailleurs en Europe) ?

Lander Urquijo : Nous considérons que Paris est, pour plusieurs raisons, l’une des villes les plus importantes au monde et nous sommes ravis de pouvoir y présenter notre travail. En outre, nous ne sommes qu’à deux heures de vol, ce qui nous permet de suivre de très près l’évolution de la boutique parisienne et d’y prendre grand soin.Boutique-Paris

Quelles sont vos inspirations personnelles en termes de style ? Comment définiriez-vous votre style personnel ?

Lander Urquijo : Je trouve mon inspiration dans la vie de tous les jours, à chaque promenade, chaque voyage… Tout cela enrichit mon travail.  Je considère qu’il est primordial d’observer ce qu’il se passe autour de moi pour que cela puisse se ressentir dans mes créations.LU-Maniqui

Mon style personnel, c’est un style «classique revisité», mélangeant des vêtements classiques avec des accessoires plus casual et modernes.LU17

Style anglais ou style italien ?

Lander Urquijo : Je ne saurais pas choisir ! Les deux styles ont leur identité propre et leur intérêt respectif. D’ailleurs nous les réinterprétons l’un et l’autre à travers chacune de nos collections…
LU99

Non, vraiment, aucun des deux n’est véritablement meilleur que l’autre et je m’inspire volontiers du meilleur de chacun.
db lu 7LU87

Quelles sont vos ambitions pour les années à venir ?

Lander Urquijo : Pour les années à venir, nous souhaitons explorer d’autres marchés et importer notre concept dans d’autres villes importantes. Nous ne fermons la porte à aucun pays car nous pensons que notre vision de l’habillement masculin est universelle.LU4

Selon vous, quelles sont les 5 pièces qu’un homme se doit d’avoir dans sa garde-robe ?

Lander Urquijo : Un costume bleu, une cravate, une chemise blanche, un jeans et une paire de richelieu noir.

Site Internet de Lander Urquijo.

 FTDF remercie Lander Urquijo de s’être prêté au jeu de l’interview. Nous remercions également Marina Suárez-Guanes pour son aide précieuse.

 Interview réalisée par For The Discerning Few. Octobre 2013. Tous droits réservés.

Un commentaire

Classé dans Interviews exclusives

End-of-Summer Outfit

end of summerCotton blazer : Lubiam

Wool trousers: Richard James

Blue Gingham check shirt: Giampaolo

Navy Tote Bag: Mannequin

Cashmere tie: Roda

Suede Tassel Loafers: Alden X Leffot

Poster un commentaire

Classé dans Vestiaire / Outfits

Le Talentueux M. Ripley (version de 1999)

A la manière du billet concernant le film "L’Evadé d’Alcatraz", publié il y a quelques mois, nous vous proposons aujourd’hui un gros plan sur les tenues du film "Le Talentueux M. Ripley", sorti en 1999 aux Etats-Unis. Il s’agit d’un remake du film de René Clément "Plein Soleil" avec Alain Delon dans le rôle titre.talented_mr_ripley

Ce thriller passionnant, qui se déroule dans les Années 50, met en scène Matt Damon dans le rôle de Tom Ripley. Ce jeune homme ambitieux est chargé par un riche industriel américain de ramener son fils Dickie aux Etats-Unis (Jude Law dans le film) alors que ce dernier mène la "dolce vita" en Italie, loin des obligations familiales. A force de mensonges, de forgerie et en usant de ses talents d’imitateur, Tom Ripley va profiter de cette opportunité pour entrer dans un monde qui n’est pas le sien et s’offrir la vie dont il a toujours rêvé.

L’intérêt vestimentaire du film tient justement à l’opposition de style entre les tenues de Tom aux Etats-Unis et celles de Tom (et de Dickie) en Italie. Au début du film, Tom est pris par erreur pour un ancien étudiant de Princeton par M. Greenleaf, le père de Dickie. Lors d’un cocktail, il a en effet emprunté un blazer aux couleurs de la célèbre université américaine. Cet élément vestimentaire très codifié dans l’Amérique des années 50 suffit à Tom pour se faire passer pour ce qu’il n’est pas: un WASP, un jeune homme brillant appartenant à la haute bourgeoisie new-yorkaise.ripley blazer

Une fois en Italie, l’ambiance générale et les tenues changent radicalement et incarnent idéalement la "dolce vita" fantasmée de jeunes américains qui découvrent l’Europe. Au départ cependant, Tom porte encore régulièrement sa veste en velours côtelé camel, trop épaulée, avec une cravate tricot marron foncé et une chemise button-down bleu clair ou blanche bien souvent deux tailles trop grandes pour lui, ainsi qu’une paire de lunettes Tart Optical, modèle Arnel pour un style 50′s américain impeccable.ripley glassestom corduroy

Il choisira par la suite régulièrement des tenues plus casual, à base de chemisettes (ou chemises à manches retroussées) et laissera tomber ses derby chasse pour une paire de mocassins type Gucci sans chaussette.chemisette

ripley 3 derby chassemocassin sans chaussette

De son côté Dickie a adopté la sprezzatura italienne depuis longtemps: il porte des espadrilles, des pantalons courts en coton ou en lin, et des chemises légères ou des polos. Il porte aussi régulièrement un pork pie, comme tout bon amateur de jazz. Lors d’un séjour à Rome, on l’aperçoit avec une tenue un peu plus formelle: un blazer, une chemise à poignets mousquetaires, une cravate et un pantalon crème.dickie roma

C’est lors de ce même séjour dans la capitale italienne que Dickie conseillera à Tom d’aller chez le tailleur Battistoni. Et Tom s’y rendra sous l’identité de Dickie…ripley tailor

C’est également sous cette identité qu’il approchera certains personnages et qu’il se rendra, par exemple, à l’opéra, dans un ensemble black tie impécable. On est loin du costume en velours du début et au fur et à mesure du film, on comprend que c’est aussi par mimétisme et par sa connaissance des codes vestimentaires que Tom Ripley parvient à tromper son monde et à incarner 2 personnages (lui-même et Dickie).ripley black tie

ripley 4

Fini la veste en corduroy passe-partout du début du film: Tom passe Noël seul dans un salon et une robe de chambre en soie qui ne sont pas les siens, une paire de sleepers Prince Albert aux pieds.

ripley 6Tom Ripley

En définitive, au-delà d’être un excellent film, Le Talentueux M. Ripley a aussi un intérêt vestimentaire indéniable. Les vêtements sont souvent bien choisis et bien portés. Ils évoluent en même temps que le personnage principal s’enfonce dans ses mensonges et ses contradictions. D’une intrigue plutôt simple au début du film, on passe à quelque chose de plus complexe, à l’image des vêtements de cet antihéros inoubliable.

tom ripley 1

"I always thought it’d be better to be a fake somebody than a real nobody ".

3 Commentaires

Classé dans Réflexions / Sartorial Thoughts

Profilo Italiano

IMG_7347

Vous êtes sans doute déjà nombreux à connaître ce magasin situé au 115 rue du Cherche Midi, mais pour ceux qui ne le connaissaient pas encore, nous nous devions de mentionner ce petit recueil de trésors qu’est la boutique tenue par le très sympathique et charmant Giuseppe Ciaravino dit « Beppe ».IMG_7355

Cela fait maintenant quelques années que Beppe s’est installé à cette adresse du 6ème arrondissement de Paris et qu’il s’efforce de ne proposer que des produits fabriqués en Italie.Beppe

Il est à noter que Profilo Italiano s’est agrandi depuis peu.

Profilo Italiano

Vous trouverez donc des cravates en cashmere, des sept plis ; des pochettes roulottées main ; des écharpes ; des chemises Barba, Finamore, Truzzi ; des polo Fedeli ; des vestes L.B.M, Boglioli ; des pantalons P.T01, des mocassins Arfango, etc.IMG_7372 IMG_7369 IMG_7368

L’espace et le stock sont petits mais l’offre est importante et constamment renouvelée, pour des marques qu’on ne trouve que trop rarement en France.

Ties

Last but not least, les produits que vous trouverez chez Beppe sont toujours proposés à des prix très placés, bien en deçà de ce que demandent d’autres détaillants pour les mêmes articles.

IMG_7358

Nous ne pouvons donc que vous encourager à aller y faire un tour – avec vos compagnes, Beppe proposant également une ligne Femme – mais prenez garde, il y a de grandes chances que vous repartiez avec quelque chose…

4 Commentaires

Classé dans Personnalités / People