Archives de Tag: jacket

Inspiration de la semaine – Takahiro Osaki

« L’inspiration de la semaine » est consacrée cette semaine à Takahiro « Taka » Osaki, bras droit d’Antonio Liverano, tailleur florentin depuis 1948. Takahiro s’est installé à Florence à l’âge de 22 ans pour apprendre l’italien. Il a d’abord commencé comme assistant dans un salon de coiffure, avant d’être repéré par Antonio alors qu’il officiait en tant que vendeur dans une boutique située à côté de Liverano & Liverano.

Travailler chez Liverano permet sans doute de s’habiller sans faire de fautes majeures. Et comme nombre des personnalités que nous mettons en avant dans des séries de photos ou à travers des articles, Takahiro fait partie de ceux qui savent porter le costume, la veste et la cravate tout en ayant l’air décontracté – aidé en cela par la coupe particulière de Liverano (voir notre article sur L’arrondi de la veste) – ce qui en fait un parfait ambassadeur du tailleur florentin.

takahiro osaki liverano 2

Crédit: Ethan Newton

takahiro osaki 2

Crédit: Ethan Newton

Crédit: sanstrousers.tumblr.com

Crédit: sanstrousers.tumblr.com


taka osaki 34

Crédit: Ethan Newton

Crédit: Ethan Newton

takahiro osaki liveranotakahiro osaki 76

Crédit: Ethan Newton

Crédit: Ethan Newton

takahiro osaki liverano 4taka osaki

Crédit: Ethan Newton

Crédit: Ethan Newton

takahiro osaki 98takahiro osaki 78takahiro osaki 21takahiro osaki 8Source photos: Google Images + Ethan Newton

Un commentaire

Classé dans Personnalités / People

Lander Urquijo Automne Hiver 2015

Voici quelques looks et quelques pièces de la Collection Automne Hiver 2015 de la marque espagnole Lander Urquijo (dont nous avions interviewé le fondateur il y a presque un an).LU FW 2015 3LU FW 2015 6LU FW1415_corbata1 LU FW1415_suit woolLU FW 2015 1 LU FW 2015 4LU FW1415_parkaLU FW1415_jersey virgin woolLU FW1415_fannel cargoLU FW 2015 2LU FW 2015 7LU FW 2015 8

Poster un commentaire

Classé dans Marques / Brands

O.Ballou, a study of Neapolitan life

oballou-logo-large

Créée il y a un peu plus d’un an, la marque O.Ballou en est à ses premiers balbutiements mais ses produits nous semblent déjà dignes d’intérêt. En fait d’être italienne, O.Ballou a été créée à Londres par un néo-zélandais du nom de Simon Cato. Ce dernier a toutefois choisi de faire fabriquer ses produits en Italie, à partir de matériaux nobles et chez de petits artisans, et l’on retrouve des vestes et des pulls en cachemire, des polos en piqué de coton, des gilets en maille, le tout sur des coupes à la fois modernes et fluides.

Dès ses premières collections, la marque a réussi à imprimer un style italien qui semble tout droit sorti des ruelles du Quartieri Spagnoli. On quitte ainsi l’élégance italienne flamboyante pour se diriger vers quelque chose de plus sombre. Si O.Ballou devait être un film, elle serait Gomorra, plus que la Grande Bellezza. Le revers de la médaille, en somme.

Pour nos lecteurs anglophones, vous retrouverez ici une interview de Simon Cato sur le site SlamxHype.

Voici quelques silhouettes issues des collections 2014, présentes sur le site de la marque: O.BALLOUoballou16

oballou17Oballou76oballou15oballou26oballou29oballou25oballou2çOballou87

2 Commentaires

Classé dans Marques / Brands

Vintage Menswear N°4

Pour notre quatrième article de notre série consacrée à des pièces vintages, nous vous proposons un gros plan sur trois pièces dont deux sont d’origine française, à savoir: une veste de chasse française des années 50, une veste de parachutiste de l’armée indienne des années 40 et une veste de travail française des années 20.

Sports & Leisure: Veste de chasse française - fabrication inconnue – 1950’shunting jacket

Les vestes de chasse françaises des années 20 aux années 50 font partie des vestes « sport » les plus caractéristiques en termes de design, alliant le côté pratique et le panache d’une mise. Après tout, ces énormes boutons métalliques – qui étaient peints à l’origine – ne remplissent qu’une fonction purement décorative en représentent un lapin, un cerf, un chien de chasse et autres animaux. Néanmoins, la coupe de ces vestes était souvent conçue pour faciliter les mouvements inhérents à cette activité éprouvante; ce côté pratique est renforcé par les nombreuses poches, dont une située dans le dos de la doublure, et un boutonage très haut, ces éléments faisant de cette veste un vêtement particulièrement efficace pour la chasse.

Le tissu est un coutil, sorte de variante du velours côtelé. C’est une toile faite de fil de chanvre ou de lin, souvent mélangée à du coton, lissée et très serrée. On en utilise souvent pour la réalisation de matelas et il était fréquemment utilisé pour la confection de tenue de chasse du fait de sa résistance.

Military: Veste parachutiste – Armée indienne – 1940’sparatrooper jacket

La veste Denison a été très largement copiée par toutes les armées du monde, chacune réalisant ses propres modifications et ajustements. Par exemple, cette veste de parachutiste de l’Armée indienne présente des boutons au lieu des pressions présentes sur l’original de l’Armée britannique lors de la Seconde guerre mondiale, une fermeture Éclair, des bords-côtes aux poignets ainsi que deux poches intérieures. L’Armée indienne a en outre procédé à certains changement inhérents à l’environnement local: la veste est non doublée et le motif camouflage – rappelant la végétation tropicale – est d’une couleur nettement plus vive que l’original.

Pour l’Histoire, l’unité parachutiste de l’Armée indienne fût fondée en 1941 et mena des opérations lors de plusieurs conflits comme la Guerre de Corée et lors des guerres du Cachemire.

Workwear: Veste de travail française – fabrication inconnue – 1920’sfrench workwear

Portée et réparée à de très nombreuses reprises, cette veste de travail française des années 20 présente des éléments distinctifs comme un petit col et un boutonnage très haut. Elle est le témoin d’une époque et d’un milieu où l’on réparait les vêtements plus d’une fois avant de s’en débarrasser. C’est cela qui fait son charme: ses nombreux raccommodages visibles notamment au niveau des poches, des manches et des épaules ainsi que sa couleur désormais passée.french wwear detail

Source photos: Vintage Showroom.

Un commentaire

Classé dans Histoire / History

Vintage Menswear N°3

Nous vous présentons aujourd’hui notre troisième article de la série consacrée au vintage, avec 3 nouvelles pièces: un pull torsadé, un blouson B-15 et une veste de travail en cuir de cheval.

Sports & Leisure: Pull Sport torsadé – Harrods – 1950’scable-knit sports sweater

A notre époque, ce pull, fait machine et fini main au milieu des années 50 pour le célèbre magasin Harrods de Londres, est considéré comme un pull de cricket (cricket sweater en anglais) avec son motif torsadé et son encolure en V profonde avec deux bandes de couleur. Néanmoins, jusqu’à la Seconde guerre mondiale, ce type de design était présent sur de nombreux pulls sports et non forcément rattaché au cricket – on parle alors de sports sweater – qui auraient pu être portés lors de parties de tennis, de golf et même lors de courses de bobsleigh. Loin du monde du cricket, le motif torsadé (cable-knit en anglais) trouverait ses origines dans l’univers de la pêche, les torsades rappelant les cordes utilisées par les marins.

Le pull sport ou pull cricket est plus fonctionnel qu’il n’y parait. Réalisé à partir d’une laine particulièrement dense, c’est un vêtement hydrofuge capable d’absorber environ 30% de son propre poids avant de paraître effectivement mouillé au toucher, tandis que ses fibres naturelles offrent une excellente respirabilité ce qui permet d’évacuer chaleur et transpiration lors des activités sportives. Et bien entendu, confronté à un climat plus froid ou à des activités extérieures plus sédentaires, les propriétés isolantes de la laine permettent de vous garder au chaud.

Military: B-15 flight jacket – Reed Products Inc. – 1940’sb-15 flight jacket

Résistant et chaud – notamment dans sa version lainée – le cuir de mouton a longtemps été le matériau favori pour réaliser des blousons d’aviateur. A ce propos, de nombreux aviateurs de l’armée américaine ont continué à utiliser leur blouson en cuir jusqu’à la fin de la Guerre de Corée (1950-1953), allant contre le règlement en vigueur. C’est lors de la Seconde guerre mondiale que des matériaux plus modernes commencèrent à être utilisé pour la réalisation des flight jackets. En effet, l’équipement des pilotes était de plus en plus conséquent et il fallait trouver des moyens d’alléger et d’affiner ces blousons qui étaient jusqu’alors particulièrement lourds et encombrants.

Le blouson B-10 fut le premier blouson « moderne » et il fut suivi par le modèle B-15A, le B-15 (présenté ici), puis par les modèles B-15C et D. Le B-15 présente une fermeture éclair décalée, ainsi que des empiècements en cuir pour faire passer les tuyaux d’oxygène et des ouvertures à boutons-pression pour les câbles de la radio. Le B-15 était réalisé dans un coton couleur olive assez terne et convenait parfaitement au climat tempéré de l’Europe, théâtre principal de la Seconde guerre mondiale. Il était également équipé d’une doublure en alpaga et d’un col en mouton (au même titre que le modèle G1 que nous vous avions présenté lors d’un précédent article). Les cols en mouton furent néanmoins remplacés par des cols en tricot, principalement parce que l’épaisseur des cols en mouton ne permettaient pas le port des nouveaux casques plus volumineux.

Plusieurs éléments de ce modèle B-15 sont encore présents sur les modèles actuels, comme les bords-côtes en tricot (aux poignets et sur la taille), les poches inclinées et la caractéristique poche à stylo sur la manche.

Workwear: Veste de travail en cuir de cheval - Goodyear Rubber Company – 1930’shorsehide work jacket

Bien qu’elle puisse paraître un peu grossière à notre époque, cette veste de travail datant des années 30 a été réalisée par l’entreprise Goodyear dans un cuir de cheval de premier choix. Elle a peut être été conçue pour équiper certains de leurs ouvriers même si sa qualité rend cette hypothèse discutable. Doublée en mouton, cette veste servait à n’en pas douter à travailler par un climat particulièrement rigoureux: l’intérieur des poignets est doublé en velours côtelé, les poches sont fourrées et la ceinture permet de bien maintenir la veste proche du corps.

Le cuir de cheval était fréquemment utilisé aux Etats-Unis des années 30 aux années 50. Les chevaux étaient alors utilisés en très grand nombre pour les travaux agricoles et l’utilisation de leur peau à des fins vestimentaires était alors une activité annexe (on n’élevait pas de chevaux simplement dans le but d’en prélever le cuir). Mais avec la mécanisation, leur nombre diminua fortement ce qui eut pour conséquence l’augmentation des prix du cuir de cheval devenu bien plus rare mais toujours considéré comme un cuir de très grande qualité, très résistant (les amateurs de souliers en cordovan savent de quoi on parle). A sa place et ce dès les années 50, on fit le choix d’utiliser du cuir de bœuf, plus courant et nettement moins cher.

Source photos: Vintage Showroom.

2 Commentaires

Classé dans Histoire / History