Archives de Tag: Made In England

Crockett & Jones nouveautés automne-hiver 2014/15

PROFIL-WESTFIELD-NOIR_23 face-barrinton_noir_013 PROFIL-BARRINGTON-NOIR_20 PROFIL-BARRINGTON-MARRON_31 face-barrington_tan_031 PROFIL-OVERTON-VERNI_11 PROFIL-MORGAN-MARRON_40-retouch PROFIL-LOWNDES-MARRON_35 PROFIL-HARTWELL_41 face-hartwell_bordeau-v2_013 PROFIL-CONISTON-NAVY_73 face-coniston-navy_09 PROFIL-CHUKKA-GRIS_55 face-chukka_grise_062 PROFIL-CAMBERLEY-BROWN_56 face-camberley_brown_059

Plus d’informations sur le site de Crockett & Jones.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

UpperShoes ouvre à Paris

vitrine parisVoilà une nouvelle qui devrait ravir bon nombre d’entre vous: l’enseigne UpperShoes ouvre sa première boutique parisienne! Elle est située dans le quartier de la Madeleine, plus précisément au 1 Rue Caumartin, à quelques encablures du flagship Crockett & Jones de la rue Chauveau-Lagarde. D’après ce que nous avons pu en voir, la boutique propose des prestations haut-de-gamme, à l’image des autres points de vente que nos lecteurs lyonnais doivent connaître.boutique paris upshoes

UpperShoes est un détaillant multi-marques spécialisé dans la chaussure Homme et Femme de qualité. D’origine lyonnaise – la ville y- compte désormais 4 boutiques – UpperShoes a été créé en 2002 avec le rachat de la franchise Church’s de Lyon avant d’étoffer son offre de souliers avec l’arrivée d’autres marques.

Boutique lyonnaise 8 Rue Jean de Tournes

Boutique lyonnaise 8 Rue Jean de Tournes

A ce propos, voici plusieurs marques proposées par UpperShoes: Alden, Arfango, Car Shoe, Church’s, Cordwainer, Corthay, Crockett & Jones, Edward Green, Heschung, John Lobb, Kanpekina, Pertini, Premiata, Santoni, Yuketen. Il est possible de commander via leur site Internet.uppershoes2

Nous l’avons dit ici à plusieurs reprises: la France connait un déficit cruel de détaillants de qualité, contrairement à d’autres pays. Et la plupart des détaillants parisiens ou provinciaux proposent bien souvent des produits de qualité très moyenne, ce qui a pour fâcheuse conséquence de tirer l’offre vers le bas, notamment celles des marques françaises et de leurs boutiques en nom propre. Nous nous réjouissons donc du développement de l’enseigne UpperShoes et même si la plupart des marques proposées sont déjà trouvables à Paris, l’ouverture de ce point de vente est une bonne nouvelle pour le marché parisien du soulier et pour le quartier de la Madeleine en particulier. Après Calceom Rive Gauche, au 129 Rue de Sèvres, qui proposait déjà des marques intéressantes comme Zonkey Boot, Alfred Sargent ou Gaziano & Girling, la Rive Droite a droit à son tour à un détaillant de souliers digne de ce nom.

Poster un commentaire

Classé dans Informations / News

Alfred Sargent

Alfred Sargent, disponible à Paris chez CALCEOM.

Source: Alfred Sargent

Poster un commentaire

Classé dans Marques / Brands, Souliers / Shoes

Crockett & Jones printemps/été 2013

CAVENDISH CHUKKA (2) CHUKKA (4) CHUKKAS DARTFORD (2) GERRARD (2) LUDGATE (2) MANSFIELD (2) MORGAN (2) SEDGEMOOR_XRN_NZ_P_HD SUFFLOK SUSSEX

Source: Crockett & Jones

Poster un commentaire

Classé dans Marques / Brands

Savile Row, l’éternel fantasme de l’élégant français

Suite à de nombreux commentaires relatifs à ce billet, un petit éclairage s’impose. Ce billet a pour but de souligner le décalage entre la vision idyllique que certains Français se font de Savile Row et la réalité qui nous paraît beaucoup plus nuancée. Les Maisons anglaises ont un certain talent à venir revendiquer un passé glorieux, qui n’est pas remis en cause ici, et dans le même temps à s’indigner de la métamorphose du quartier de Mayfair. On peut tout à fait entendre ces arguments, encore faudrait-il pouvoir assumer cette Histoire en perpétuant un savoir-faire qui est à nos yeux menacé.

Dans l’imaginaire collectif des élégants français, Savile Row demeure la place forte de la grande mesure et de la tradition tailleur. Sur FTDF, Savile Row ne fait pas rêver.

Ces fins connaisseurs des maisons-tailleurs du Row n’ont sans doute jamais réalisé un costume chez Anderson & Sheppard ou chez Huntsman mais sont toujours prompts à défendre ce qui ne mérite plus de l’être.

En effet, nous sommes circonspects quant à l’état de Savile Row en 2012 et tout nous conduit à croire que notre opinion n’aurait pas été si différente il y a 15 ou 20 ans déjà … Il ne s’agit pas pour nous de remettre en cause l’apport des tailleurs anglais dans l’Histoire du costume et plus généralement de l’élégance masculine. Il est immense et de nombreux tailleurs étrangers – notamment les Napolitains – ont débuté en se servant de ce qui avait été réalisé sur le Row, en le réinterprétant. Si le passé a une valeur sans doute fondamentale, s’en servir comme feuille de vigne de manière incessante ne nous parait guère pertinent.

Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater la mort cérébrale du Row, qu’il serait peut-être temps de débrancher. Au cours des 12 derniers mois, nous avons rencontré un certain nombre de gens très pointus et très avertis de ce qui se fait dans le monde de la Grande Mesure et leur constat est unanime et sans appel: il n’y a plus grand chose à sauver sur le Row. Si notre opinion n’a guère de poids aux yeux de certains spécialistes qui nous traitent de philistins, nous leur prions de ne pas considérer avec le même mépris le constat fait par ces hommes avertis.

Selon nous, les premiers responsables de cet état de fait ne sont ni les marques s’installant dans le quartier de Mayfair ni le désamour généralisé des consommateurs pour des vêtements onéreux mais uniques (Bespoke). Contrairement aux réactions épidermiques et aux positions hasardeuses d’un certain nombre de Français, nous ne trouvons pas grand chose à redire à l’extension d’Abercrombie & Fitch et  à l’arrivée programmée de la marque française The Kooples sur le Row.

Cette rue mythique est située en plein cœur de Londres, dans un quartier très fréquenté, notamment par les touristes. Qui peut reprocher à des marques de vouloir s’y installer pour bénéficier d’une bonne exposition ? Pas nous. Les véritables fossoyeurs de Savile Row sont selon nous les directeurs des maisons tailleurs et les tailleurs eux même. En effet, il suffit pour s’en convaincre d’observer la collaboration du directeur de Norton & Sons, Patrick Grant, avec The Kooples et de lire ces quelques propos édifiants:

" Quel est le secret de Savile Row ? "Tout est une question de proportions, dit Grant, pas d’un gadget ou d’un détail en particulier. C’est vraiment subtil : il faut trouver le juste milieu entre la largeur de l’épaule, la largeur des revers, la longueur de la veste et la position des boutons".

"C’est surtout une question d’expérience: ici, notre responsable des coupes fait des costumes depuis 25 ans. On ne se spécialise dans aucun style particulier. Au fil des décennies, nous avons fait des coupes ajustées, souples, des grands revers, des revers étroits, en accord avec les goûts du client, les silhouettes et les tailles. Mais nous essayons de conserver ce même équilibre dans les proportions au delà de toutes les demandes".

"The Kooples étaient très spécifiques dans leurs demandes, et suivaient le même type d’esthétique : des détails compliqués au niveau du col, des manchettes, des pochettes et plein d’autres détails. Mais au final, les coupes sont ajustées et élégamment proportionnées". "

Manifestement, cela fait très longtemps que Patrick Grant ne s’est pas penché sur les patronages et le respect des proportions…

Il faut bien manger et Patrick Grant a sans doute une très bonne raison ($) de travailler avec la marque française. Nous ne lui jetons pas la pierre mais il nous parait compliqué pour les membres de la Savile Row Bespoke Association – dont fait partie Norton & Sons – et de ses défenseurs de débarquer la gueule enfarinée pour s’opposer à l’installation d’une marque si bien conseillée par un de ses membres les plus populaires. Un peu de cohérence n’est jamais nuisible.

En outre, certaines maisons de grande tradition proposent des costumes "Bespoke" à 3500 Livres Sterling rabattus machine.  "Handmade" est une notion qui a quasiment disparu des Maisons ancestrales londoniennes. L’Histoire sans le savoir-faire ne pèse pas lourd.

On peut comprendre la nostalgie qui accompagne cette disparition progressive de la culture tailleur sur le Row. Il serait peut-être temps d’aller de l’avant et de passer à autre chose, plutôt que de se réfugier en permanence derrière un glorieux passé qui ne fait que rendre le présent encore plus décevant.

Enfin, il est étonnant de constater la ferveur avec laquelle certains élégants français montent au créneau pour défendre le Row. Ne feraient-ils pas mieux de s’intéresser à la survie des derniers tailleurs français qui continuent pour la plupart à réaliser un travail d’excellente facture ? Mais on le sait bien, l’herbe est toujours plus verte ailleurs surtout dans un pays où il pleut très souvent…

26 Commentaires

Classé dans Réflexions / Sartorial Thoughts