Archives de Tag: military style

5 raisons d’aimer les Hipsters

Phénomènes de mode bien connus des grandes villes, les Hipsters sont souvent raillés, décriés, critiqués, notamment par les lieutenants de l’élégance dite « classique ». Pour ceux qui ne connaitraient pas ce terme, nous les renvoyons vers la définition – forcément- imprécise mais éclairante qu’en fait Wikipedia.

Il est vrai que, comme toute personne appartenant à une mode, le hipster peut s’avérer ridicule sous certains aspects; les « total looks », quels qu’ils soient, sont souvent compliqués à porter.

Néanmoins, et comme à notre habitude, nous allons tenter de sortir des lieux communs et des critiques justifiées mais faciles à l’encontre du hipster, et nous faire les avocats du Diable en vous donnant 5 raisons d’aimer les Hipsters. Comme autant d’éléments sur lesquels ils ne se sont pas trompés et qu’il est intéressant de conserver pour découvrir et améliorer son propre style…qui ne sera pas celui des Hipsters. Forcément.

Raison N°5 – Il découvre les tendances avant les autres

Le hipster passe bien souvent du temps à dénicher les designers, français ou étrangers, et les vêtements qui ne seront à la mode que dans 2 ou 3 saisons; le truc étant de ne pas se tromper de designer – et de produits – mais surtout d’acquérir des pièces intemporelles. Peu importe qu’elles (re)deviennent à la mode dans quelques années…

Raison N°4 – Il sait qu’il y a de la place entre le business suit et le jogging

Contrairement à beaucoup de citadins qui, une fois le week-end venu, relèguent leur costume – sans doute en vrac sur le dossier d’une chaise – pour passer leur plus beau jogging et sweat-shirt, le hipster a compris qu’il existait des vêtements casual confortables et assez élégants. Ainsi, le hipster mélange des éléments formels comme une veste ou une cravate à une paire de Red Wings et à un pantalon à poches cargo. Ca n’est pas forcément très classique mais cela permet au moins de sortir du style « gentleman farmer » qui ne va pas à tout le monde, loin de là.lbm1911 style

Raison N°3 – Il sait où sont fabriqués les vêtements

Certaines marques, certains produits plaisent aux hipsters, plus que d’autres. Pourquoi ? Leur lieu de fabrication. Le hipster sait si tel ou tel pull, telle ou telle paire de chaussures sont fabriqués aux Etats-Unis, en Italie, en France, en Ecosse ou au Japon…ou dans une destination exotique. Ainsi, des marques comme New Balance, Alden ou encore Pendleton sont très cotées au sein de la communauté hipster. Les non initiés peuvent connaitre plus facilement les marques qui respectent encore les traditions et leur histoire respective, tant il est difficile de démêler le vrai du faux en matière de fabrication. Pour nous autres Français, le principe est le suivant: Rien est fabriqué en France (même quand on vous assène le contraire à longueur de campagnes promotionnelles). Le reste, c’est l’exception.pendleton shirt made in usa

Raison N°2 - Il respecte le Barbour de son grand-père et connait l’Histoire des vêtements

Un trait particulier aux hipsters, souvent moqués, est leur tendance à porter des vêtements vintage trouvés en friperie ou encore récupérés dans le grenier de leur grand-père. Ainsi il n’est pas rare de voir des hipsters arborés un vieux Barbour huilé avec une paire de Vans Made in USA. Ils ont aussi participé à la résurgence du vêtement de travail – américain mais aussi français – ou du vêtement militaire. Nous trouvons cela plutôt salvateur. En effet, nombre de marques réinventent blousons et autres vestes inspirés de ces types de vêtements, sans que jamais les clients ne connaissent l’histoire de ces modèles et leur origine. Et contrairement à beaucoup d’autres, le hipster respecte la dimension historique du vêtement, en prenant toutefois le risque de ressembler à un bûcheron ou à un ouvrier américain des années 50…

Raison N°1 – Il porte des vêtements ajustés… c’est à dire « à sa taille »

Contrairement à d’autres modes mais aussi à une « élégance » intemporelle d’outre Manche, le hipster a compris l’importance de porter des vêtements à sa taille. Certes, le cliché du hipster voudrait qu’il porte des chemisettes à manches retroussées ou des jeans skinny aux bas retroussés au-dessus des chevilles. C’est assez injuste et la plupart des hipsters portent en fait des jeans s’arrêtant juste au-dessus des chaussures, des chemises aux manches longues ajustées et des vestes aux têtes d’épaule plutôt étroites (rien à voir avec la tendance grotesque des vestes ultra-courtes). Si vous êtes contre les vêtements ajustés – traduction: ajustés à votre taille – et partisans des têtes d’épaule trop longues ou des pantalons d’hidalgo qui s’écrasent sur vos chaussures, nous ne pouvons pas faire grand chose pour vous…

Article librement inspiré par le magazine en ligne Complex.com

5 Commentaires

Classé dans Réflexions / Sartorial Thoughts

Ralph Lauren Spring 2013

Source: GQ.com

Poster un commentaire

Classé dans Marques / Brands

M-65 & military stuff

Aujourd’hui, je mets en scène une tenue volontairement décontractée d’inspiration militaire.img_2139

La pièce principale de cette mise est une field jacket – ou veste de combat – M65. Il s’agit d’une veste vintage, datant des années 70. Cette veste en coton était la pièce emblématique des GI lors de la Guerre du Vietnam. On la retrouve notamment dans les films Taxi Driver (portée par Robert de Niro), First Blood (« Rambo » en français, portée par Sylvester Stallone). Ce n’est pas une pièce très rare, contrairement aux plus anciennes M41, M43 et M51, et pour une centaine d’euro tout au plus, il est possible de trouver des modèles originaux en excellent état. Dès lors, si acquérir des reproductions d’autres pièces militaires peut être utile, je n’en vois pas l’intérêt en ce qui concerne la M65.

La taille de ce modèle est XS. Néanmoins, n’étant sans doute pas taillé comme un soldat américain j’ai du me résoudre à effectuer d’importantes retouches au niveau des bras. En effet, le corps de la veste étant doté de cordons permettant de le resserrer, je n’y ai pas touché mais il m’a fallu affuter la manche et la raccourcir franchement.

Initialement, les manches des M65 se terminent en une partie repliable en forme de triangle, qui – lorsqu’elles sont dépliées – viennent couvrir la main. Cela avait sans doute une utilité à Saigon.

Très solide et très bien cousue, je n’ai pas fait recoudre cette partie une fois ma manche raccourcie, par facilité. Il faut dire que je crapaüte rarement dans la « jungle urbaine ». Certains y verront un manque d’authenticité ; j’y vois principalement un élément pratique, sachant que je porte cette veste presque exclusivement en ville. Chose assez rare sur les vêtements en PAP, l’emmanchure de cette veste est particulièrement haute, ce qui confère une liberté de mouvement assez incroyable, impression renforcée par la présence d’un soufflet derrière chaque bras.

Elle est dotée de 4 poches, dont 2 poches poitrines, qui ferment avec des boutons pression. La fermeture principale se fait quant à elle avec un zip et/ou des boutons pression. Une imposante capuche est logée dans la doublure du dos de la veste.

Du fait de sa composition et son allure, c’est une veste de mi-saison et je la porte essentiellement au printemps et en automne. Ca n’est clairement pas une veste d’hiver – sauf si l’on y ajoute la doublure – et même si elle peut servir les soirs d’été, il ne me viendrait pas à l’idée de la mettre en plein soleil, sous 20°C…

En dessous, je porte une chemise bleue en coton. Faite aux Etats-Unis, elle provient de chez American Apparel. Elle correspond assez bien à l’esprit de la tenue que je voulais porter et du fait de sa couleur assez vive, elle contraste avec la couleur plutôt neutre de la veste.  Certes le col est petit – il est très compliqué de trouver des chemises avec des cols conséquents en PAP, encore plus lorsqu’il s’agit de chemises casual – mais cela me dérange moins pour une chemise sport que pour une chemise formelle.img_2228

Par-dessus ma chemise,  je porte un gilet Hackett en tartan « black watch » en laine, dont le vert rappelle la M65. Si le motif est d’inspiration militaire – le « Black Watch » étant l’emblème du Régiment Royal d’Ecosse – le gilet en lui-même ne l’est pas du tout et je le porte essentiellement par soucis pratique, sachant qu’il faisait plutôt frais ce jour là ; il ne tranche cependant pas réellement avec le reste de la tenue. En effet, si un œil averti se rendra compte de l’aspect militaire de certaines pièces, ca n’est pas donné à tout le monde – même pour la M65 ! – donc il est toujours possible d’ajouter certaines pièces sortant de l’univers militaire, sans que cela soit pour autant choquant.

Même si mon pantalon n’est pas taille haute – là encore il est très compliqué d’en trouver en PAP – lorsque l’on porte ce genre de gilet il est nécessaire qu’il couvre autant que possible la ceinture afin que celle-ci ne soit pas visible. Evidemment, plus le pantalon est taille basse, plus c’est compliqué. En somme, si vous portez un pantalon franchement taille basse, abstenez vous de porter un gilet sans manche.

Je porte un chino en coton Hackett de couleur beige clair. Je le porte court, à bas simple de 18,5 cm. Je pourrais le porter un peu plus long mais je préfère qu’il effleure simplement le haut du soulier. A l’instar de la chemise en oxford bleu à col boutonné, le chino beige fait partie des incontournables du vestiaire masculin et il est pour moi le pantalon idéal lorsque l’on veut passer une veste ou un blouson militaire.img_2185

En ce qui concerne les couleurs, l’un des avantages du chino beige, est qu’il s’accorde avec un très grand nombre de couleurs. En l’espèce, un vert kaki, un bleu ciel plutôt vif et un chino beige s’accordent parfaitement ensemble, mais d’autres combinaisons auraient pu être possibles. J’aurais sans doute l’occasion d’insérer un tel chino au sein de mises totalement différentes.

Aux pieds, je porte des chukkas boots de la marque américaine Alden non doublées en veau velours snuff. Très confortables et sans doute plus décontractées que d’autres types de chukkas (comme les Crockett & Jones par exemple), elles correspondent très bien à l’esprit que je voulais conférer à la tenue, avec leur forme ronde et leur débordant pour le moins important.

En effet, elles ressemblent aux fameuses Desert boots portées par les soldats britanniques lors de la guerre du désert, pendant la Seconde Guerre mondiale. La chukka est pour moi la chaussure de mi-saison idéale – à l’instar de la Buck en été – et sans doute la plus polyvalente.

Enfin je porte des mi bas en laine à motif pied-de-poule beige et marron. Je ne suis pas un adepte des chaussettes unies et ici, sans être d’une couleur criarde, ces mi-bas ajoutent tout de même une pointe d’originalité de par leur motif.

Que ce soit clair, cette tenue n’est pas originale ni même très étudiée. Elle est volontairement très sobre. Par contre, contrairement à de nombreuses tenues « sport » que l’on croise le week-end dans les rues, elle est davantage authentique et elle reflète mes goûts en matière des vêtements militaires, un goût qui n’est pas souvent exaucé lorsque je porte des tenues plus formelles. Cette tenue a enfin pour but de vous montrer que quelques basiques – chino, chemise type « chambray » et field jacket – peuvent suffire à faire une tenue « week-end » tout à fait correcte, sans faute de goût et emprunt de simplicité.

VM

Photos prises par PAL à l’aide d’un Canon EOS 1100D

 Veste : M65 originale

Chemise : American Apparel

Gilet : Hackett

Pantalon: Hackett

Chaussures : Aldenimg_2147

16 Commentaires

Classé dans Vestiaire / Outfits

Interview with Michael Bastian

We are proud to present to you an interview with the American designer Michael Bastian who designs for GANT and Barneys and owns his own brand Michael Bastian.

Interview en français.

Credit: Raul Tovar

For The Discerning Few: You grew up in Rochester, New York in the seventies/eighties. How has it influenced your designs and your vision of menswear?

Michael Bastian: I would say I always go back to that place and that period every season. The men there always wore a more “deep woods” and rugged version of preppy: lots of corduroy, technical gear, down vests, work boots, flannel shirts with knit ties and a navy blazer. It’s still how I think guys look best.

Japanese style: a rugged version of preppy

FTDF: How did you dress when you were in your twenties?

Michael Bastian: I think I’ve always dressed pretty much the same way I dress today: a mix of casual sports stuff with more tailored pieces. All kind of mixed up and unstudied.

MB by Patrick McMullan

FTDF: What does preppy stand for as far as you are concerned?

Michael Bastian: I think “preppy” is just a fast and easy word to apply to classic American style – which at its best, is a mix of a bunch of stuff – classic Brooks Brothers, sports influences, military influences. But the most important thing is how it is worn: it should always look approachable and not look too thought out.

FTDF: How long do you think this preppy moment we are in is going to last?

Michael Bastian: Preppy never really goes away. I think it just sometimes get pushed to the back when the world becomes obsessed with brands and logos and things like that. Preppy is always more about the person in the clothes than the clothes themselves. The clothes themselves are actually very simple, so personal style becomes more important.

FTDF: Would you agree that every designer is influenced by a particular period? If so what is yours?

Michael Bastian: I think everyone becomes fascinated by the era when they were just becoming aware of style, but were too young to actually participate in any of the fun stuff. You always go back to that era and try to relive it as an adult. It always holds a certain attraction. For me it’s the late 70s and early 80s: post Studio 54, but pre-grunge.

FTDF: You have your own line/brand, MBNYC, but you also design for GANT and for Barneys, how do you manage to keep them separate?

Michael Bastian: Sometimes it’s hard to keep them separate, because I’m one person and I like what I like, but if I try to think of a different guy for each line it helps me.  For example with my own line Michael Bastian, I always personalize it and do what I want to wear myself right now.

Michael Bastian

For GANT by Michael Bastian, I think of who I was (or wanted to be) when I was in my 20s.

GANT by MB (2011)

GANT by MB (2011) – John Esposito

GANT by MB (2010) – CJ R.E. Ramos

GANT by MB (2012)

For Barneys, that guys is just the dressed up version of the MB guy.

Barneys by Michael Bastian

Barneys by Michael Bastian

FTDF: What are the 5 or 10 garments every preppy guy must have in his wardrobe?

Michael Bastian: 5-pocket corduroy jeans, navy cashmere crewneck sweater, blue and white striped oxford buttondown shirt, a down vest, a good pair of slim jeans, a navy blazer and a pair of cordovan penny loafers.

FTDF: You are famous for being inspired by movies. What movie has influenced you the most in terms of style?

Michael Bastian: That really changes every season, but I would have to say two movies, Jaws and Ordinary People really had a big influence.

FTDF: You are an American, and your designs have a strong American identity, however do you sometimes get inspired by things or people from abroad?

Michael Bastian: Well lately now that I’m spending a lot of time in Stockholm for my GANT job, I see a bit of Scandinavian style sneaking into to both collections. The people there really have their own style that is completely out of the gravitational pull of New York, Milan and Paris: cleaner and neater, but also more organic and handmade.

FTDF: You don’t seem really interested by fashion. Would you agree if we said that you were a menswear designer rather than a fashion designer?

Michael Bastian: I love this question! And you are right. There are lots of things in my life that interest me more than fashion. But personal style? That I’m endlessly fascinated by, and it often seems to be the opposite of fashion.

FTDF: What are your essentials for this summer?

Michael Bastian: A great new bathingsuit, a lightweight cashmere crewneck, a few linen-blend button down shirts, and my military shorts from Spring ’12.

We would like to thank Michael Bastian for his availability and his kindness. We would also like to thank Eugenia Gonzalez Ruiz for her crucial help.

This interview was conducted by VM & PAL. Paris, April 2012. All Rights Reserved.

3 Commentaires

Classé dans Interviews in English

Ovadia & Sons F/W 2012

Photos by Justin Chung/Source: GQ.com

2 Commentaires

Classé dans Marques / Brands