Archives de Tag: MTO

Interview with Tony Gaziano, master shoemaker and co-founder of Gaziano & Girling

We are proud to present to you an interview with Tony Gaziano, renowned bespoke shoemaker and co-founder of Gaziano & Girling.

Lire l’interview en français.

Tony Gaziano

FTDF: Can you tell us about the different steps of your career and your background?

Tony Gaziano: Originally I was trained up to be an architect. That is how I first got acquainted with design. But I quickly decided that I was not interested in becoming an architect. I went into design of shoes and when I was about twenty I started working for a company called Cheaney. Most of the work I did for them was some subcontracted work for fashion brands such as Jeffrey West and Paul Smith. I worked there for several years mostly on design, I didn’t have any practical shoebuilding, it was all just drawing and range building.

After a while, I left and went to work for Edward Green. I started working on more classical footwear rather than the fashion houses. It gave me a deeper knowledge of the product, it was more about quality than fashion and seasonal runs. I worked there for two or three years and learned a little bit about handmaking but I decided I wanted to go deeper into it so I went to work for Cleverley. I have worked for George Cleverley for about seven years, first as an apprentice and then I managed the bespoke workshops which involved last making, designing, cutting the leather, stitching the uppers together and that’s where I met my partner Dean Girling. He was a subcontracted outworker craftsman and I was the craftsman that worked in house. That was fifteen years ago, we started working together but we didn’t have the intention of opening up our own company.Oxfords G&G

I was then contacted by the present owner of Edward Green who asked me to come back from Cleverley to design for the brand. The condition was that I wanted to set up a bespoke setup for Edward Green. So I spent basically the next two years creating a bespoke service for Edward Green.

Then, in 2006, Dean persuaded me to leave Edward Green in order to start up our own company. When we left, the bespoke service of Edward Green stopped and they introduced their Top Drawer range which I still think they are doing today.

In the mist of all that, I’ve done a lot of subcontracted design for brands such as Ralph Lauren and a few other fashion houses as well.

That’s it… Anything more would bore you!

FTDF: How do you reflect on the time you have spent at Edward Green?

TG: When I worked for Edward Green, I had no intention of leaving. I have worked for them twice so it is almost like my second home; I loved the time that I spent there. They are not particularly happy with me now but I still have a lot of affection for this company. Alongside us I think they make the best shoes in the country. Very well made structured shoe. It broke my heart to leave Edward Green but the boundaries were too strict, too classical for me, I needed to be able to create my own identity which is the reason why I left.Lapo Evening G&G

FTDF: You were a shoemaker but you launched a RTW brand…

TG: Thanks to my time at Edward Green, I had a vast experience on the manufacturing side as well and developing and designing lines of shoes. Unintentionally I was lucky enough to have probably the broadest experience in the country because in England you are either a London bespoke shoemaker or you are a Northampton shoe manufacturer. Nobody crossed over; we were the first people to bring a bespoke looking London shoe to the manufacturing side. There is a lot of symmetries with our business. People connect the Italian/English name to that contemporary style of shoes that we have which is English structure but with a little bit of a twist. It is not out there design but it is enough to get people to come out a little bit of their shell and to get more adventurous with their shoes.Hayes G&G

FTDF: Do you feel that a shoemaker has to go into RTW in order to get by. Did you feel you were bound to launch a RTW brand in order to make a living?

TG: When we started the company we were going to purely do bespoke, however RTW is getting better and the bespoke market is becoming more of a niche. Dean and I can make a shoe between us so we could have just stayed me designing, pattern cutting, closing and Dean making. We would have made a very nice living but we ventured into RTW as an experiment and once you started and the ball is rolling you have to roll with it.Double Monk G&G

FTDF: Being a craftsman how did you manage to cope with the hazards of industrial production?

TG: Very difficultly, look how grey I am! On a more serious note, building a factory today is very difficult because 90% of our machinery comes from the 1930’s/1940’s. Moreover it is not only finding the machinery that works but also finding the operatives who can use it. These days, people see in black and white: shoes are either made by machine or they are made by hand. But there is a middle area where there are machines, first generation of machines that were created to replace handmaking that are almost as skillful in themselves as making by hand. It is not about pressing a button, these machines are all levers, very mechanical.Wingtip G&G

Nowadays we have our own factory where everybody is a shoe geek but when we started, we had to work with other people who did not share our passion because they used to make a lower grade product. That is why setting up our own factory was really crucial.

FTDF: What are the specificities of Gaziano & Girling as a brand?

TG: If I had to sum it up, I would say that our drive was to manufacture a bespoke looking readymade shoe. That was the key. People thought that our intention was to make a shoe that was half continental, half English but that was not the intention. We wanted to bring the London bespoke world into readymade shoemaking and to be able to create a service where people could be able to buy that aesthetic without having to have it made for them.

FTDF: Your brand is young but has a very loyal following. What do you think attracts people to it?

TG: I think we were fortunate to hit the time when many forums and blogs exploded, that was lucky. Also when people look at the shoes, even if they can’t explain it, they see the quality, the lines, the passion that was put into it. Some people can talk about it forever, some people can’t but they can still see and feel the difference.Lapo G&G

Most of our customers up to now have been people who are passionate about shoes but we are making a good looking enough shoe which attracts new customers who were probably not into the welted trade before. These days, there is a luxury brand explosion and everybody seems to enjoy dressing again. In that way, we are a little bit lucky but also we are rewarded of all the attention and hard work we put in our shoes. We don’t cut any corners. Everything is done the way it should be done. Nowadays because of commercial fashion brands and people spending a lot of money on something that is not worth, they really understand when they see something that is.Tassel G&G

FTDF: Do you reject trends or do you embrace them?

TG: I kind of reject trends. I like timeless. Trends are for younger people than me.

FTDF: You are the figure of the brand, can you tell us about your partner Dean Girling?

TG: Dean is more the mechanical side. He is a little bit crazy with quality; he is our factory worst enemy! He has tremendous technical knowledge about shoes, he understands the mechanics of the shoes. If something is not right, he can walk into the factory and put it right. He lets me create, I let him maintain.Gaziano & Girling

FTDF: You are famous for you square toe, is it some sort of tribute to the masters shoemaker of the past Nikolaus Tuczek and Cleverley?

TG: A little bit. My favorite shoemaker was definitely Anthony Cleverley, whom I think was younger, and sharper than George Cleverley. During my time at Cleverley I fell in love with his shoes. Much of my inspiration comes from there, especially the Deco Line.Bespoke G&G

FTDF: What are the differences between the Deco Line and the Bench Made Line?

TG: In a nutshell, there is simply more handwork. For instance, we have to handcurve the waist. However, we use bespoke leathers for everything so quality wise  everything is on the same levels in regards to materials but there is a lot more handwork for the Deco Line. Also there was a lot more attention to the design aesthetic of the Deco. It is not to everybody’s taste, it is a little bit sharp for a lot of people but for us it is a special Line which in a way represents the 1920’s as opposed to the more traditional stuff which is inspired for the 1940’s and 1950’s.Deco-sole

FTDF: Would you agree that the Deco is the closest you could get to a bespoke shoe in RTW?

TG: I definitely think so.Holden Deco Line

FTDF: Where do you see Gaziano & Girling as a brand in five to ten years?

TG: I would like to have at least three shops, one in London, one in Paris and one in NYC. Moreover, the quality has to grow as the company grows. We cannot increase the production without increasing the number of craftsmen. It is a long process, it means lots of training. We don’t want to take over the world, but we want to get bigger while maintaining our philosophy and quality standards. It will be hard but it can be done.

We would like to thank Tony Gaziano for his kindness and his wit. We also would like to thank Marc Fass, owner of Calceom, who made this interview happen.

Paris, November 2012. All rights reserved.

3 Commentaires

Classé dans Interviews in English

CALCEOM, Chausseur (Passionné)

C9

La boutique de notre ami Marc Fass a (enfin) ouvert ses portes. Situé au 129 rue de Sèvres entre les métros Vaneau et Duroc, Calceom risque fort de devenir une adresse de référence pour tout passionné de chaussures qui se respecte.

C4

Au sein d’un magasin qu’il a très joliment aménagé et décoré en s’inspirant de Mondrian, Marc propose une sélection judicieuse et exclusive qui devrait satisfaire le plus grand nombre : Tricker’s, Alfred Sargent, Zonkey Boot, et, enfin disponible à Paris, Gaziano & Girling avec notamment plusieurs modèles de la fameuse Deco Line ainsi que la possibilité de réaliser des commandes spéciales.

C8C1

Des accessoires de qualité sont aussi au rendez-vous avec un choix important de produits d’entretien, de mi-bas Bresciani et de chausse pieds AbbeyHorn notamment. En outre, une ligne de maroquinerie exclusive fabriquée en Italie est en préparation.

C2C3

Par ailleurs, Calceom ne se contentera pas de satisfaire la clientèle parisienne. En effet, une boutique en ligne devrait voir le jour prochainement.C5

C7

En ce début d’année, nous souhaitons à Marc nos meilleurs vœux de réussite et nous vous invitons à découvrir sa boutique qui deviendra sans doute une de vos bonnes adresses !

http://calceom.tumblr.com/

Calceom sur Facebook

4 Commentaires

Classé dans Souliers / Shoes

Nouvelle interview d’Alexis Lafont, créateur de Caulaincourt

For The Discerning Few a le plaisir de présenter à ses lecteurs un nouvel entretien exclusif avec Alexis Lafont, créateur de Caulaincourt, que nous avions déjà rencontré il y a un an maintenant. Cet entretien a été réalisé à l’occasion de la présentation de la nouvelle collection de la marque.

Lien vers la première interview d’Alexis Lafont.

For The Discerning Few : Peux-tu nous présenter la nouvelle collection automne/hiver Caulaincourt ?

Alexis Lafont : En termes de nouveaux modèles, l’actualité chez Caulaincourt se présente sous deux formes : la nouvelle collection Club hiver et les nouveaux modèles de la collection Paris.

La collection Caulaincourt Paris étant une collection de souliers intemporels, la création de nouveautés prend plus de temps et n’est pas soumise au dictat des saisons. Nous venons de recevoir notre double boucle asymétrique, le modèle Pandore, monté sur la nouvelle forme à monter « maison » : une serre d’aigle. Certains modèles sont plus difficiles à réussir que d’autres … En l’occurrence il y a tellement de modèles à boucles sur le marché, et parmi eux de vrais modèles mythiques, qu’il était important de laisser du temps au temps. C’est chose faite et je suis très fier de ce modèle qui restera sans doute un classique de notre maison.

Modèle Pandore

En outre, nous proposerons aussi trois nouveaux modèles  supplémentaires – un derby et deux richelieu, conçus pour être de belles bases à patiner – qui devraient faire leur entrée en février 2012.

La collection Club hiver de cette année, quant à elle, est particulièrement riche :

- Des rééditions de classiques « maison » en série limitée

- Le Tweed

- Une nouvelle forme : la AL 800 (qui accueille aussi le modèle Pandore)

- Une collection Capsule montée en Vibram

- Le premier soulier Caulaincourt doublé en fourrure de lapin

- Le premier soulier vernis Caulaincourt (à venir)

Modèle Attila Tweed

FTDF : Comment t’est venue l’idée de créer des modèles bi-matière en utilisant du tweed ?

Alexis Lafont : Cela existe déjà depuis très longtemps : j’ai retrouvé une paire en bi-matière tissu / cuir datant de 1890. Je me suis donc contenté de reprendre cette idée et de l’interpréter sur des modèles ayant les caractéristiques des souliers d’antan, modernisés :

- Bottillons en richelieu : devenus très rares à une époque ou les gens veulent aller toujours plus vite car c’est assez long à chausser le matin

Modèle Sherlock Tweed

- Figures de style « old school » comme le modèle Gatsby

Modèle Gatsby Tweed

- Formes plus arrondies mais très creusées en cambrure etc.

Modèle Maral Tweed

Et puis, en ce moment nous travaillons avec Savile House by Scabal sur des événements singuliers. Récemment, nous avons proposé à nos clients de réaliser leur propre Tweed au cours d’une soirée, chose rarissime. Le client pouvait ensuite commander du tissu et faire réaliser, par exemple, une paire de soulier sur commande assortie à une saharienne.

FTDF : Tu as aussi utilisé des semelles Vibram, on sait que c’est assez tendance. Quel est ton avis sur la question ?

Alexis Lafont : Cette nouveauté s’inscrit dans une volonté qui nous anime de répondre à des aspirations d’ergonomie de nos clients, en plus de l’aspect esthétique et qualité. Un montage gomme a les vertus évidentes qu’on lui connait. Mais aussi quelques défauts comme la difficulté d’un ressemelage propre et l’esthétique qui peut déplaire à certains. Donc nous avons travaillé à résoudre ces problèmes. Nous avons en réalité un double montage : un premier montage cuir en Blake, auquel on ajoute une semelle gomme cousue elle aussi. Cette solution résout les deux problèmes évoqués plus haut, en particulier sur le plan esthétique. En effet, une fois chaussés, ces souliers ne peuvent être identifiés comme étant montés sur une semelle gomme.

Quant à Vibram, c’est tout simplement une des marques de référence qui a fait ses preuves.

Modèle Cyclope – Double montage Blake / Semelle gomme Vibram

Desert Boot – Double montage Blake / Semelle gomme Vibram

FTDF : Tu as développé une ligne femme comme tu nous l’avais annoncé lors de notre première interview. Peux-tu nous en parler ?

Alexis Lafont : En quatre ans, je ne compte plus le nombre de femmes de clients m’ayant demandé de passer à la chaussure femme. Ce n’est ni mon métier ni mon inspiration et pas mon savoir-faire. Mais à force,  l’idée a fait son chemin. C’est d’ailleurs le même phénomène qui nous amène à sortir notre premier soulier vernis masculin dans quelques semaines. Et j’ai commencé à entrevoir cela comme un défi personnel. La solution à mon problème a été la suivante : utiliser la technique et le savoir-faire « homme » sur des souliers de femme. Cela a donné naissance à deux modèles sortis cet été, et qui ont, à ma grande surprise je dois le dire, rencontré un vrai succès.

On envisage désormais de décliner un nouveau modèle en veau à patine de façon à pouvoir offrir aux femmes le choix de personnalisation que l’on offre aux hommes.

Pour autant, nous n’avons pas l’ambition de développer outre mesure la chaussure femme chez Caulaincourt. Nous restons avant tout une marque masculine.

FTDF : Peux-tu nous parler de ta petite gamme de maroquinerie qui se développe ?

Alexis Lafont : Il y a plus d’un an nous avions sorti un sac 24h masculin de toute beauté, à un tarif placé étant donné les caractéristiques qu’il développait. Il s’agissait d’un MTO : le client choisissait la doublure de son sac (cuir, ou tissus type tweed, tartan etc.) ainsi que la patine de la peausserie habillant l’extérieur du sac. Ce sac a rencontré un franc succès mais nous avons malheureusement dû arrêter sa commercialisation en raison d’un problème rencontré par l’atelier chargé de sa fabrication. La maroquinerie et le travail de patine font partie de notre savoir-faire et j’étais frustré d’avoir été contraint d’arrêter ce produit. Inutile de préciser que nos clients l’étaient encore plus que moi.

Il est très rare aujourd’hui à Paris de dénicher de la maroquinerie dont on choisit la couleur à la carte et il est encore plus rare de trouver cela à un prix correct. Nous proposons depuis longtemps les ceintures sur mesure patinées, ainsi que d’autres objets connexes comme de magnifiques gants lustreurs. Pour compléter cette offre, nous avons récemment développé une gamme d’objets de petite maroquinerie de toute beauté en partenariat avec la marque Italienne Il Bussetto. Nous disposons aujourd’hui de dix formats, du traditionnel et mélancolique porte monnaie années 30 à l’étui à cigares.

Chaque objet est à patiner sur demande (ce que Il Bussetto ne faisait pas jusqu’à présent), sous un délai d’une semaine. Pour les fêtes cette année nous disposons également de quelques pièces en peaux exotiques, dont le superbe galuchat (étui IPhone, pince à billets, porte feuille etc.) Nous espérons pouvoir développer cette nouvelle offre décalée et luxueuse en début d’année prochaine.

FTDF : Caulaincourt propose déjà une offre qui est très étoffée. Redoutes-tu de manquer un jour d’inspiration ? Est-ce pour toi un challenge constant de développer des nouveaux modèles ?

Alexis Lafont : Nous disposons, toutes collections confondues, d’une quarantaine de modèles de souliers (hors couleurs), montés sur un parc de huit formes à monter. C’est effectivement ce que l’on peut qualifier une offre « étoffée », surtout si on y ajoute les déclinaisons infinies rendues possibles par nos possibilités de patines à la carte. C’est une excellente question…car c’est une question difficile !

Pourtant, je ne ressens pas l’inspiration comme une épée de Damoclès mais comme un défi dans lequel je prends du plaisir. C’est sans doute même la vraie jouissance de mon métier : lorsque je reçois les premiers prototypes, mes employés me comparent à un enfant devant l’arbre de Noël ! Mais pour aller plus loin dans ma réponse, je dirai que la création d’un modèle arborant une identité bien définie est un défi et que le défi stimule la création. C’est donc, d’une certaine façon, un cercle vertueux.

FTDF : Est-ce difficile d’intégrer de nouveaux produits au sein de ton offre tout en restant dans l’esprit Caulaincourt ?

Alexis Lafont : Je ne me sens pas enfermé dans un style, une époque, une culture, en bref une inspiration  bien particulière, et je crois que l’ADN de mes souliers vient d’ailleurs. Si on prend le modèle Pink et le modèle Maral Sport par exemple, on ne peut pas dire que l’inspiration soit la même. Et pourtant je pense qu’on y reconnait la personnalité Caulaincourt dans l’un comme dans l’autre.

Modèle Bull Shark

 Le plus beau compliment qu’un client puisse me faire, c’est quand il me dit avoir reconnu une paire de Caulaincourt dans la rue. Le nombre de modèle faisant qu’il est difficile pour quelqu’un d’extérieur de connaitre tous nos modèles, c’est symptomatique. Je pense que le fait que nos formes sont fines, racées mais jamais longues quel que soit le modèle, contribuent à cette personnalité bien marquée.

Modèle Chomel

 Mais tout ceci est aussi et surtout rendu possible grâce au travail des ateliers qui parviennent toujours à faire exister les images que j’ai en tête, avec talent et ce, même s’il faut recommencer de nombreuses fois pour y parvenir. Sans eux, sans la confiance et la passion partagées pour notre métier, ce ne serait pas possible.

For The Discerning Few remercie une fois encore Alexis Lafont ainsi que toute l’équipe Caulaincourt pour leur disponibilité et leur gentillesse.

Interview réalisée par PAL et VM pour le compte de For The Discerning Few. Paris, novembre 2011. Toute reproduction est strictement interdite sans l’accord des auteurs.

7 Commentaires

Classé dans Interviews exclusives