Archives de Tag: Tassel Loafer

"L’Estate a Firenze" Outfit

* Summer in Florence

florence outfit

Double breasted seersucker jacket: Haversack

Linen shirt: Brian Dales

Navy chinos: Band of Outsiders

Tassel loafer: 8

Pocket square: Bandana red & blue

Belt: Sir Jack’s

Poster un commentaire

Classé dans Vestiaire / Outfits

La Varsity Letter

Nous avons à plusieurs reprises abordé le style universitaire américain, que ce soit à travers des articles ou des interviews traitant du style Ivy League ou encore du style Preppy. Aujourd’hui, nous vous proposons un gros plan sur la Varsity Letter, élément typique de ce style et repris aujourd’hui par de nombreuses marques.letter cardigan

Au départ, cette grosse initiale placée généralement sur un pull, un cardigan ou un jersey (on parle de letterman sweater), est une manière de distinguer les équipes de sport des différentes universités américaines comme Princeton ou Harvard. L’équipe de baseball de cette dernière arbore fièrement un H en style "old english" sur ses chemises en flanelle dès 1865. Elle sera suivie par l’équipe de football américain.

Harvard archivesRapidement, la pratique va conférer un rôle de récompense à la varsity letter. En effet, le capitaine de l’équipe attribuait une lettre aux joueurs ayant participé à de nombreuses rencontres ou aux plus importantes. A la fin de la saison, si un joueur n’avait pas assez joué, il se devait de porter sa veste retournée afin qu’on ne voit pas la lettre.letter cardigan 4

Dehen1920

Archive de Dehen1920

Ainsi, la tradition des varsity letters répond à certains codes. Originalement, elles étaient fabriquées en tissu chenille – on parle donc de chenille letter aux Etats-Unis, du nom de la technique particulière de tissage – et en feutre et devaient mesurer entre 4 et 8 inches, en fonction du grade de l’étudiant (junior ou senior).chenille-letter-01

Placée sur un pull, la varsity letter doit être centrée sur la poitrine. Sur un cardigan, elle est située sur la gauche. D’autres attributs viennent également s’ajouter au monogramme: les bandes sur la manche gauche correspondent au nombre de lettres remportées par un étudiant; une étoile vient identifier les capitaines d’équipes.VarsitySweater4

60s_sweater_dehen1920 archives

Archive de Dehen1920 – 1960′s (on remarque les bandes sur la manche gauche)

La varsity letter sera adoptée par de nombreux établissements américains dès la fin du XIXième siècle, pour leurs clubs de sport mais également pour d’autres activités (on pense notamment aux célèbres marching bands). Le letterman sweater sera peu à peu remplacé par la varsity jacket à partir des années 1940, dont le corps est réalisé en laine bouillie et les manches en cuir. Les étudiants américains portent encore aujourd’hui ce blouson aux couleurs de leur établissement, perpétuant ainsi la tradition.

varsity letter 4

Letterman sweater (gauche) – Varsity jacket (droite)

La varsity jacket connaîtra un succès planétaire dans les années 70/80, puis à nouveau à partir de 2010, de nombreuses marques reprenant la varsity letter voire les différents attributs cités précédemment comme l’étoile ou les bandes sur la manche, les vidant par la même occasion de leur substance. Néanmoins, une marque ancestrale comme Dehen1920 dont nous nous faisions l’écho il y a quelques mois est directement issue de cette période et fabrique encore aujourd’hui des cardigans et des varsity jackets de grande qualité.
ralphlau

Dehen1920 aujourd'hui

Dehen1920 aujourd’hui

2 Commentaires

Classé dans Histoire / History

Crockett & Jones printemps/été 2013

CAVENDISH CHUKKA (2) CHUKKA (4) CHUKKAS DARTFORD (2) GERRARD (2) LUDGATE (2) MANSFIELD (2) MORGAN (2) SEDGEMOOR_XRN_NZ_P_HD SUFFLOK SUSSEX

Source: Crockett & Jones

Poster un commentaire

Classé dans Marques / Brands

Meermin, des chaussures idéales pour les budgets serrés ?

Suite à notre dernier billet sur Suitsupply, plusieurs lecteurs nous ont demandé si nous étions en mesure de recommander des chaussures pour les budgets les plus serrés.

Si notre politique, concernant les chaussures en particulier, est toujours de privilégier la qualité à la quantité, nous sommes néanmoins conscients que cela n’est pas forcément à la portée de toutes les bourses. Il faut donc trouver une alternative, notamment pour les plus jeunes d’entre nous effectuant des stages ou se lançant sur le marché de l’emploi, pour qui, au-delà du plaisir de bien se chausser, il s’agit tout simplement une nécessité.

Lorsque l’on observe l’offre de chaussures d’entrée de gamme en France, on ne peut décemment crier au scandale concernant le rapport qualité/prix des produits proposés, même si les matières utilisées et les finitions sont rarement extraordinaires. En revanche, l’aspect esthétique est généralement décevant du fait de formes et de patronages improbables. C’est pourquoi la marque espagnole Meermin nous semble être une alternative plutôt intéressante.

En effet, cette marque, lancée il y a quelques mois par la famille détenant Carmina, propose des chaussures d’inspiration plutôt anglaise, donc assez « classiques » et sobres, montées en Goodyear sous gravure ou en semelle gomme pour 150 euros. Elle propose en outre une seconde ligne, la ligne Maestro, qui, pour 250 euros, présente des matières de qualité supérieure et dont le montage Goodyear serait cousu à la main. Elle propose aussi certains modèles en Cordovan (provenant d’Argentine) et d’autres en cousu Norvégien moyennant, bien sûr, un prix plus conséquent. 

Une partie de la production serait faite en Espagne et une autre serait délocalisée à Shanghai. Nous imaginons déjà certains d’entre vous grincer des dents, mais honnêtement, à l’instar de Suitsupply, lorsque votre budget vous contraint à chercher le meilleur rapport qualité/prix, le cahier des charges n’est-il pas plus important que la localité de l’usine qui fabrique le produit ?

Les modèles proposés sont plutôt élégants et la majorité des retours que nous avons pu recueillir sont très bons. Si Meermin n’est pour le moment implantée qu’à Madrid et Tokyo, il est apparemment possible de se renseigner et de commander via leur site internet. En outre, un service de commandes spéciales moyennant quelques euros de plus est disponible. Ainsi, on peut, par exemple, faire réaliser un modèle sur une autre forme, dans une autre peau, ou même faire réaliser un modèle de la ligne classique selon les caractéristiques de la ligne maestro.

Nous ne pouvons qu’inciter ceux qui doivent composer avec un budget restreint de se pencher sur Meermin dont l’offre est, à notre humble avis, bien plus sexy que celle de Bexley ou que celles des entrées de gamme de marques telles que Loake et Sanders.

Source photos: Meermin 

7 Commentaires

Classé dans Souliers / Shoes

Inspiration de la semaine – Alberto Scaccioni

Une fois encore dans notre rubrique récurrente "Inspiration de la semaine", une personnalité italienne dont nous apprécions le style, Alberto Scaccioni.

A.Scaccioni est le CEO de Ente Moda Italia, une entreprise qui organise divers évènements afin de promouvoir les PME italiennes du monde de la mode à travers le monde. Il est aussi à la tête du CFMI (Centro di Firenze per la Moda Italiana), une association à but non lucratif qui vise, là encore, à promouvoir la mode et le savoir-faire italiens. C’est d’ailleurs le CFMI qui organise le Pitti Uomo chaque année, depuis1972.

A propos de son style, Alberto Scaccioni n’hésite pas à mélanger les univers. Il lui arrive fréquemment de porter des pièces Workwear avec des vêtements d’inspiration classique. Il résume cette ouverture d’esprit de la façon suivante:

Never say never in fashion. But white sox and short sleeves shirts… Please don’t.

Street FSN: http://streetfsn.blogspot.fr/
Tommy Ton For GQ:  http://GQ.com/style
KW Moon: http://moononthemoon.blogspot.fr/

Et Google Images.

3 Commentaires

Classé dans Personnalités / People